Contact

Pour contribuer aux traductions, édition-correction et/ou apporter du matériel original à publier tel que des actualités depuis la rue, des compte-rendus d'actions, communiqués de revendication, des textes pour des compagnon-ne-s emprisonné-e-s ou poursuivi-e-s, des appels, des feuillets, des articles d'opinions, etc. : contrainfo(at)espiv.net

Clé PGP

Cliquez ici pour télécharger (en .asc) notre clé pgp.

Berlin: Journée d’action centrale contre la répression

22maerzG.cleanedLe 14 août 2013, l’Etat a lancé une attaque contre les milieux radicaux à Berlin. Ils ont fouillé plusieurs appartements et projets de maison et forcé plusieurs personnes à donner leur ADN. Ils ont utilisé les actions contre les centres pour l’emploi et les bureaux du SPD comme excuse. Une autre raison a été la solidarité internationale déterminée avec les révoltes en Turquie au cours d’une manif spontanée. Déjà le 22 mai 2013, 21 objets ont été perquisitionnés par les flics à Berlin, Magdebourg et Stuttgart, apparemment parce que les personnes concernées ont été soupçonnés d’être des membres des cellules d’action révolutionnaire (RAZ). Comme dans les cas mentionnés ci-dessus, les flics ont forcé les gens à donner leur ADN. Une autre menace constante est continuellement entretenue par la répression contre les étrangers qui maintenant organisent leur résistance dans les dernières places.

L’Etat allemand utilise également 129 millions d’euros pour criminaliser le mouvement international de résistance. En bref, ce sont toujours les structures antifascistes à Dresde, qui sont traitées avec la plus grande surveillance de l’état. Blockupy à Francfort s’est aussi heurté à beaucoup de répression et de surveillance. Un exemple de deux grandes villes qui peuvent être placées sous suspicion générale et en état d’urgence pendant plusieurs jours. Cela conduit à une vaste zone de surveillance de courriels et de communication de téléphones portables, des pouvoirs illimités de la police et de limitations du droit à se rassembler et à manifester.

Ces exemples largement connus ne sont que la partie visible de l’iceberg de ces années de répression, avec laquelle l’Etat a attaqué la gauche radicale.

Mais la répression en est ainsi lorsque tu ne peux plus payer un billet de train et est foutu en prison à cause de cela. Lorsque tu es appelé pour tes papiers dans la rue en raison de la façon dont tu regardes, chaque sanction de l’agence pour l’emploi, quand il y a soudainement une gestion de quartier dans ton secteur. Lorsque tes e-mails ne sont plus privés et les données de ton téléphone portable sont en cours de lecture.

Mais pourquoi l’Etat passe à travers tant de problèmes ? Et qu’est-ce qui relient ceux qui sont touchés par la répression?

D’abord, il semble que c’est pas grand chose. En regardant de plus près que toutefois ce sont un danger pour le système. Peut-être parce qu’ils ne veulent pas obéir ou parce qu’ils protestent contre les conditions existantes ou qu’ils pourraient facilement perturber le quotidien normalisé. La répression quotidienne crée toujours un climat de peur. La répression est à la fois de plus en plus ouverte et préventive. Elle fonctionne avant que quelque chose arrive. Tous les combats contre le système capitaliste, contre ce prétendu état normal, est confronté à la répression. Avec beaucoup de gens nous voulons résister.

Il y a eu une réunion à Berlin en novembre, qui a été suivie par de nombreux groupes et individus pour préparer une réponse concrète à cette oppression. Notre combat quotidien pour un monde différent avec les menaces omniprésentes qui nous entourent nous pousse à s’affronter à la répression constante. Afin d’agir ouvertement et collectivement, il a été convenu d’une énorme journée d’action à Berlin le 22 mars 2014. Nous avons reçu un large intérêt. Ce texte est l’appel collectif de la réunion de toutes les structures et individus organisés à participer.

Détruisons les murs de la sécurité !
Combattons la contre-insurrection !
Abolissons les états de surveillance !

6688441552.previewLe site: antirep2014. Le texte

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>