Contact

Pour contribuer aux traductions, édition-correction et/ou apporter du matériel original à publier tel que des actualités depuis la rue, des compte-rendus d'actions, communiqués de revendication, des textes pour des compagnon-ne-s emprisonné-e-s ou poursuivi-e-s, des appels, des feuillets, des articles d'opinions, etc. : contrainfo(at)espiv.net

Clé PGP

Cliquez ici pour télécharger (en .asc) notre clé pgp.

Contra Info: Réseau traducteur de contre-information

Contra Info est un nœud international multilingue de contre-information et de traduction, une structure entretenue par des anarchistes, anti-autoritaires et libertaires en activité dans différentes parties du monde. Lire la suite »

[France] : Sortie de « Sans détour », journal anarchiste apériodique

Extrait de l’édito :
” Un journal donc, pour porter des idées qui n’appartiennent pas à un
groupe homogène et monolithique, mais qui émanent d’individus les
forgeant selon leurs imaginaires, leurs expériences et leurs tensions
respectives.
Un journal qui, reconnaissant le fléau que constitue n’importe quelle
identité collective, ne cherche pas d’autres interlocuteurs que des
individus errants en quête de liberté, raisonnant loin de l’ombre d’une
chapelle.
Un journal qui n’est pas dépendant de l’actualité du « mouvement », mais
qui cherche à interagir avec les rebelles de son temps, apportant alors,
à l’occasion, des suggestions pour les luttes en cours.
Un journal qui ne cherche pas à se raccrocher à tous les conflits
sociaux, mais qui y voit parfois un terrain propice à la subversion.
Un journal qui fouille éperdument l’arsenal des expériences subversives
lointaines, dans le temps comme dans l’espace, afin d’enrichir nos
perspectives présentes.
Un journal qui, attaché à ce principe anarchiste selon lequel toute
séparation entre ce qui est dit et fait doit être aboli, ne cherche pas
à se faire une place sur le forum des opinions stériles et inoffensives,
mais s’attelle à tisser le lien entre la pensée et l’action.

Un journal qui est aussi ceci : une occasion pour ceux qui l’écrivent,
une invitation pour ceux qui le lisent. ”

Sommaire :

– Edito
– Destruction ou rituel politique ?
– Les quatres murs de la société
– La voix du coeur
– À l’aube de l’anarchisme informel

Pour demander des exemplaires, envoyer une contribution, correspondre :
sansdetour@riseup.net

Avis de tempêtes #6 – Bulletin anarchiste pour la guerre sociale

Cliquez sur l’image pour télécharger le PDF

Pour lire, imprimer et diffuser ce petit bulletin autour de soi (il est
en format A5, et celui-ci fait 16 pages), on pourra retrouver chaque
nouveau numéro tous les 15 du mois, ainsi que les précédents, sur le
blog :

https://avisdetempetes.noblogs.org

“Et si cette société titanesque va effectivement vers le naufrage, en
réduisant ou détruisant au passage toute possibilité de vie autonome,
toute vie intérieure, toute expérience singulière, ravageant les terres,
intoxiquant les airs, polluant les eaux, mutilant les cellules,
pensons-nous vraiment qu’il serait déplacé ou trop hasardeux de suggérer
que pour nuire à la domination, pour avoir quelques espoirs d’ouvrir des
horizons inconnus, pour donner quelque espace à une liberté sans mesure
et débridée, saper ses fondements énergétiques ne pourrait pas
constituer une des pistes des plus précieuses ?”

 

[France] : Sortie de Kairos n°5 (juin 2018)

Cliquez sur l’image pour télécharger le PDF

Ce numéro ou les anciens vous les trouvez sur le site :

kairosjournal.noblogs.org

Mexique : Sabbat Anarca-féministe Insurrectionnaliste et Informaliste

Nous continuons de propager l’épidémie de rage anarca-féministe et insurrectionnaliste : Réponse publique à un faux diagnostique qui circule sur internet

Aux anarchistes du Mexique et du monde, à toutes les sorcières en lutte dans l’univers.

“Ma mère […] rentre dans ta chambre haute et prends souci de tes travaux, de la toile et du fuseau […]Tout le reste regarde les hommes, et surtout moi qui commande dans cette demeure”. Télémaque, L’Odyssée

“Si je ne peux pas danser ça n’est pas ma révolution ”.
Emma Goldman

Nous, qui nous sommes joint à l’informalisme insurrectionnel depuis une perspective anarca-féministe et avons crée nos collectifs en affinité, nous avons été la cible de mépris et d’attaques récurrentes de la part de ceux qui se disent « complice de l’Anarchie », car ça les fait bien chier d’accepter une théorie et une pratique différente de leur « manuel du/de la bon-ne anarchiste ». Certain-e-s, y compris parmi les insurrectionnalistes, nous ont traité de tous les noms (« sorcières », « feminazis », etc.). Et il y a aussi celles qui se proclament « anarca-féministes » (au sein de fédérations et collectifs particulièrement sexistes) et qui censurent notre façon insurrectionnel d’agir, avec l’excuse de la « non violence », de la réalisation d’un programme et du soi-disant évolutionnisme libertaire.

Cependant, l’attaque la plus récente vient des bolcheviques libertaires, qui sont surpris « parce qu’il y a aussi des compagnonnes qui se sont laissés contaminer par la rage et entraîner par la violence  rodriguiste [1] et ont crée leurs « groupes d’affinité » à partir de l’anarco-féminisme, utilisant le terrorisme comme pratique ». Ils ont envie de nous considérer comme faisant partie de ce groupe de « jeunes naïfs qui, aux quatre coins du monde, tombent dans le piège, en gênant de jour en jour le développement du mouvement anarchiste, la lutte populaire contre l’État et le capital, et l’aboutissement du Communisme libertaire ».

Ainsi les bolcheviques libertaires essaient d’empêcher notre participation dans la guerre anarchique et nous demandent de bien vouloir retourner à l’école, aux fourneaux, aux soins de nos filles ou à repriser les chaussettes. Comme Télémaque à Pénélope, ils nous envoient tisser dans nos chambres. Une fois de plus, le cri du pouvoir patriarcal s’habille en « libertaire » et on nous condamne à nous taire et à nous tenir à l’écart des « affaires d’hommes ».

Avant d’aller plus loin nous voulons clarifier que nous ne sommes pas rodriguistes, et non pas parce que nous ne partageons pas les théories du compagnon Rodriguez, mais parce que nous sommes pas non plus bakounistes, ni malatestiennes, ni magonistes ni goldmanistes. Ce que nous suivons ce sont des idées, pas des personnes.

Nous sommes anarca-féministes et nous croyons qu’il n’y a qu’une seule façon d’affronter le pouvoir et l’autorité, et c’est l’insurrection anarchique, et pour cette raison nous voyons l’organisation anarchique d’une façon informelle à travers des collectifs affinitaires et la conflictualité permanente contre la civilisation patriarcale dans son ensemble. C’est pour cela que nous refusons l’autorité misogyne de ces bolcheviques libertaires, et que nous le faisons publiquement. Lutter contre le sexisme et la misogynie c’est lutter contre le genre, et lutter pour détruire le genre c’est lutter pour détruire la civilisation patriarcale.

Nous ne représentons pas toutes les compagnonnes anarca-féministes insurrectionalistes, nous parlons seulement au nom d’un collectif affinitaire situé au centre du Mexique. Nous reconnaissons la lutte de toutes les autres compagnonnes de ce courant, que ce soit celles qui affrontent la civilisation patriarcale de façon individuelle, celles qui le font à travers des petits collectifs anonymes, jusqu’à celles qui ont décidé de se regrouper sous des sigles et revendiquer leurs actions [2].

Notre lutte est la même.
Ni Dieu, ni État, Ni Patron !
Contre la civilisation patriarcale !
Pour le contrôle sur nos corps et nos vies !
Pour la destruction du genre !
Pour la tension anarchique insurrectionnelle !
Pour l’Anarchie !

Sabbat Anarca-féministe Insurrectionnaliste et Informaliste

NdT 1 : Rodriguiste, en référence à Gustavo Rodriguez. Comme je trouve
toujours difficile de définir les gens je préfère mettre en lien un
entretien avec le compagnon fait par le journal Conspiración Acrata :
server.nostate.net/

NdT 2 : Pour celles/ceux qui lisent l’italien, voici un recueil de
communiqués d’attaques sortis au Mexique entre 2014 et 2015 signés
COFIAA (Commando Féministe Informel d’Action Anti-autoritaire) :
anarcoqueer et sinon les communiqués en espagnol sont lisibles ici :
cofiaa

en espagnol, italien (en cours)

[Mexique] Fernando Barcenas sorti de prison !

Fernando est sorti de prison, le 11 juin 2018 vers 21 heures, une fois dehors, il a brûlé son uniforme couleur beige qu’il a dû porter pendant quatre ans et demi.

Arrêté le 13 décembre 2013, dans le cadre des protestations contre l’augmentation du prix des billets du métro, Fer avait été accusé d’avoir mis le feu à l’arbre de Noël de l’entreprise Coca-Cola, depuis lors il se trouvait dans la prison Nord dite le ReNo, dans la ville de Mexico.

En décembre 2014 il a été condamné à 5 ans et 9 mois de prison pour les délits d’attaques à la paix publique et association délictueuse. Peu après sa detention Fernando n’a cessé d’élaborer de multiples projets : des ateliers de musique d’écriture, de diffusion et d’information tels des fanzines et le journal anti-carcéral indépendant de combat : « El Canero », qui signifie « celui qui est en taule ». Il s’agit d’un média libre produit par des prisonniers et prisonnières, derrière les barreaux de plusieurs geôles de la capitale mexicaine et d’ailleurs.

Pour Fernando « Le Canero est un projet qui veut expliquer la réalité vécue dans les prisons et la mettre en rapport avec un contexte social plus large, dont nous sommes tous prisonniers à différents niveaux. Ce journal contribue à diffuser la lutte anti-carcérale en tissant un lien de communication entre prisonniers et avec l’extérieur ». Il s’agit pour lui « De démontrer que la lutte se mène quel que soit le lieu et avec les moyens dont on dispose, sans attendre que toutes les conditions soient réunies ».

Ainsi, le premier Canero est sorti en juin 2014, à ce jour, cinq numéros ont été écrits : au fil du temps, le contenu évolue. Ce journal est le produit des nombreuses réunions de prisonnier.e.s, des échanges et des réflexions, des actions conjointes, des grèves de la faim … Dans son cheminement, le Canero voit naître des organisations informelles de prisonnier.e.s en résistance, des actions coordonnées, des communiqués dénonçant la bête pénitentiaire, l’autorité et l’enfermement dans et hors les murs.

Depuis le mois de novembre 2017, Fernando lance une nouvelle idée, mettre en place une bibliothèque autonome gérée par les propres prisonniers et après plusieurs mois de travail et de construction, la bibliothèque est inaugurée le 28 avril 2018 avec le nom de Xosé Tarrío González *, la bibliothèque continue de grandir et à ce jour elle compte avec de nombreux documents, entre livres, revues et brochures… la bibliothèque continue sa route.

Pendant toutes ces années Fer a également encouragé et lancé l’organisation des prisonnier-e-s en résistance, tout d’abord il encourage la formation du C.C.P.R (Coordination Combative de Prisonniers en Résistance) plus tard il participe à la coordination des grèves de la faim avec d’autres prisonniers anarchistes de la ville de Mexico. Par la suite, Fer lance et encourage la formation de la C.I.P.RE (Coordination Informelle des Prisonniers en Résistance) comme forme et espace d’organisation pour tous ceux et celles qui ont été brimé.e.s et torturés par la machinerie pénitentiaire. La CIPRE étant une organisation informelle s’est dissoute et aujourd’hui s’efface non sans laisser toute une expérience organisationnelle derrière elle. Fer lance une nouvelle proposition donnant lieu au collectif des prisonniers CIMARRON, qui fait référence au sens « s’échapper, fuir » s’évader de la propriété d’un maître.

Une forte accolade Fer, un abrazo compañero!
Enfin dans la rue.

Jusqu’à la liberté totale!

Les trois passants

____________

*NOTE : Xosé Tarrío González est né en 1968 à la Coruña. A onze ans il est enfermé dans un internat, puis en maison de redressement pour se retrouver à 17 ans en prison où il contracte le SIDA. En prison, il met en oeuvre l’anarchisme et la rébellion, menant de nombreuses tentatives d‘évasions, pratiquant la solidarité réelle entre les prisonniers, luttant résolument contre la prison et les gardiens de prisons ; toutes ces attitudes entraînent humiliations, mises à l’isolement et il est de nombreuses fois torturé. En 2004, son état de santé se dégrade une nouvelle fois dû à sa maladie et finalement, le 2 janvier 2005 il meurt victime de l’institution carcérale et de la société qui la soutient. Xosé était un prisonnier du régime spécial FIES (Fichier Interne de Suivi Spécial) et auteur du livre « Huye, hombre, huye »

[France] : Sortie de Kairos n°4 (mai 2018)

Cliquez sur l’image pour télécharger le PDF

Nous vous annonçons la sortie d’un nouveau numéro de Kairos pour ce mois
de mai 2018. Il s’agit exceptionnellement d’un quatre-pages autour des
luttes actuelles dans les facs, sur le bocage de Notre-Dame des Landes
et des émeutes parisiennes du 1er mai.

Bonne lecture et n’hésitez pas à nous faire part de vos remarques,
suggestions d’articles, etc…

Sommaire :
– Et si tout le monde détestait la domestication ? Récit sur les
occupations de facs : p.1-2
– ZAD partout, État nulle part – Chronologie des actions de solidarité :
p.2-3
– Rien n’est fini – Souvenirs d’un 1er mai parisien : p.4
– Comme un amer goût de déjà-vu : p.4

Vous pouvez trouver ce numéro et les précédents sur le site de la revue : https://kairosjournal.noblogs.org/

Montréal, Canada : Deux statues de la reine Victoria vandalisées

Communiqué anonyme original produit par le Brigade Henri Paul* contre la monarchie, partagé avec sub.media

18 mai 2018, Montréal – Quelques jours avant la Fête datée et insultante commémorant la reine Victoria, deux statues importantes érigées en hommage à la reine Victoria furent vandalisées pendant la nuit du 17 au 18 mai à Montréal.

Le monument Victoria au centre-ville de Montréal (érigé en 1872), ainsi que la statue de bronze sur la rue Sherbrooke (érigée en 1900) à l’Université McGill, ont été arrosées avec de la peinture rouge.

Cette action se base en opposition au colonialisme et à l’impérialisme, et exprime également une aversion envers la monarchie britannique parasitique (ainsi qu’envers toute monarchie). De plus, nous nous inspirons directement du vandalisme récent (avec peinture verte) des mêmes statues de la reine Victoria à l’occasion de la Saint-Patrick ce mars dernier, action revendiquée par la Brigade de solidarité anticoloniale Delhi-Dublin.

Pour la Brigade de solidarité anticoloniale Delhi-Dublin, ces statues représentent “un héritage criminel de génocide, de meurtres de masse, de torture, de massacres, de terrorisme, de famines forcées, de camps de concentration, de vols, de dénigrement culturel, de racisme et de suprématie blanche.”

Les statues de la reine Victoria devraient être ôtées de l’espace public et placées dans un musée en tant qu’objets historiques. Les statues et les monuments publics ne devraient pas représenter l’oppression. La présence de statues commémorant la Reine Victoria à Montréal est, pour citer la Brigade de solidarité anticoloniale Delhi-Dublin, “une insulte aux nations autochtones en Amérique du Nord (l’Île de Tortue) et en Océanie, ainsi que les peuples d’Afrique, du Moyen-Orient, des Caraïbes, du sous-continent indien, et partout où l’Empire britannique a commis ses atrocités.”

Ces statues sont également insultantes pour les gens qui représentent les luttes irlandaises progressistes, ainsi que pour les Québécois.es. Par contre, nous dénonçons les “Québécois.es de souche” racistes et anti-immigrant.es au Québec (les souchebags) qui tentent de s’approprier l’héritage des patriotes pour mieux représenter leurs idées néo-fascistes.

Contexte important: notre action d’hier soir contribue à une nouvelle tradition de ciblage de symboles et monuments coloniaux pour qu’ils soient vandalisés et, éventuellement, enlevés: Cornwallis à Halifax, John A. Macdonald à Kingston et à Montreal, le mouvement Rhodes Must Fall en Afrique du Sud, la résistance aux monuments Confédérés aux États-Unis, et bien d’autres encore.

Pour encore citer la Brigade de solidarité anticoloniale Delhi-Dublin: “Notre action est une expression de solidarité anticoloniale et anti-impérialiste, et nous encourageons d’autres gens à entreprendre des actions semblables contre des monuments et symboles racistes qui ont leur place dans des musées, et non dans nos espaces publics partagés.”

— Communiqué par le Brigade Henri Paul* contre la monarchie

* Henri Paul était conducteur du Mercedes de luxe qui transportait la Princesse Diana lors de son accident mortel à Paris en 1997. Chaque membre de la monarchie britannique mérite un conducteur français saoul.

[Notre-Dame-des-Landes] Communiqué sur la seconde phase d’expulsion en cours sur la ZAD

La seconde vague d’expulsion amorcée depuis ce matin est une nouvelle tentative d’éradiquer une partie de la zad. Elle va faire remonter dramatiquement la tension dans le bocage et laisser plus de personnes encore privées de leur logement et de leurs espaces quotidiens d’activités. Les routes et chemins sont une nouvelle fois envahis par un dispositif militaire inédit en terme d’ampleur et de durée dans l’histoire du maintien de l’ordre en France. Cette démonstration de force est sans doute à la hauteur de l’affront qu’a représenté des années durant cet espace de résistance et d’expérimentation. L’acharnement de l’Etat est significatif de sa vivacité persistante de cette aventure collective. Il est annoncé que plusieurs habitats sont cette fois visés dans le secteur de la forêt de Rohanne.

En s’attaquant aujourd’hui à la Chat-teigne, l’Etat cherche à raser un symbole de l’histoire de la lutte. La chat-teigne c’est ce chantier collectif de 40 000 personnes, ce hameau magique sorti de terre qui a signé la défaite de l’opération César. La construction de la chat-teigne a marqué la montée en puissance d’un mouvement populaire qui allait finir des années plus tard par arracher l’abandon du projet d’aéroport. Après avoir été un espace de convergence vibrant des mois durant pour et par les comités de soutien, les cabanes de la chateigne s’étaient transformées en habitat plus permanent.

Au-delà de la chat-teigne, la zad est emblématique, entre autre, comme espace de réinvention d’une architecture créative et d’une réappropriation des techniques de construction. C’est à cette dimension d’habitat alternatif et collectif que l’Etat continue aujourd’hui à s’attaquer à travers la destruction des autres lieux de vie officiellement visés aujourd’hui : pui-plu, la datchacha, la vosgerie…

Par ailleurs, cette nouvelle offensive se situe en plein coeur de la zone humide et de la forêt qui vont être encore largement dégradées par le passage des blindés et tractopelles, et par les pluies de grenades et de lacrymogènes. La précédente vague d’expulsion avait déjà ravagé nombre de champs et chemins de la zad en plus d’empoisonner les foins, par la contamination des gaz dans l’herbe et les palets dans les roundballers. Nous avons défendu ce bocage pendant des décennies, nous ne pouvons le laisser aujourd’hui continuer à se faire écraser par la gendarmerie.

Comme c’est déjà le cas depuis des semaines, les travaux nécessaires aux projets agricoles que le gouvernement dit paradoxalement accepter de pérenniser vont continuer à être entravés par l’occupation policière prolongée du territoire et ce au coeur de la saison agricole. D’après les estimations, le coût de cette opération absurde aura bientôt atteint les 5 millions d’euros. C’est la somme que le conseil général avait fait payer à L’Etat pour lui vendre l’ensemble des terres et bâtiments qu’il avait acquis sur la zad en vue du projet d’aéroport.

Le gouvernement tente de neutraliser la résistance en cherchant à ancrer l’idée que des personnes qui n’auraient pas pu ou voulu participer au dépôt collectif de projets seraient moins légitimes à rester vivre ici. Il faut bien peu de coeur pour imaginer que quiconque laisse ses voisin.e.s se faire raser leurs maisons sans réagir. Par ailleurs, les diverses interventions des forces de l’ordre depuis l’abandon de l’aéroport visent à affaiblir et mettre la pression sur tout le mouvement. Faute de pouvoir matériellement et politiquement expulser tout le monde, ces opérations cherchent à imposer des conditions drastiques pour le maintien des projets sur la zone et pour en fragiliser la dimension collective. Nous appelons pour notre part à se mobiliser largement sur le terrain et au-delà pour la défense des divers lieux de vie, réalités et activités qui s’entremêlent sur la zad.

Concrètement, nous appelons à :

/// Converger immédiatement sur palce pour ceux et celles qui le peuvent

/// A un rassemblement devant la préfecture à Nantes à 18h suite à une journée d’expulsion

/// A des rassemblements et occupations sur les places des villes et devant les mairies et préfectures. Les comités de soutien peuvent signaler leurs rendez-vous et actions au site zad.nadir afin qu’ils soient relayés

/// A une manifestation le samedi après une semaine d’expulsion à Nantes

/// A une convergence sur la zad le dimanche après une semaine d’expulsion

[France] : Bilan de la semaine du 23 avril au 29 avril 2018 – Zad de Notre Dame des Landes – Le maintien de l’ordre fait mal !

Cette semaine, pendant cette période de trêve et de simple «déblaiement des habitats détruits et maintient de l’ordre », nous, équipe médic de la zad & collectif de soignant.e.s mobilisé.e.s sur la zad, déplorons 33 blessé.e.s : 14 personnes touchées par des grenades de désencerclements dont un traumatisme abdominal, une atteinte de la face et une personne évacuée ; 12 personnes touchées par des flash ball dont un traumatisme abdominal et une fracture ; 2 personnes présentant des traumatismes thoraciques ; 1 personne ayant fait une crise d’angoisse suivi d’un état de stress post traumatique lié aux gaz et à une action physique : clé d’étranglement de la part des gendarmes ; 2 personnes souffrant d’un trauma auditif par grenade GLI-F4 ; 1 personne brûlée par la chute d’un palet lacrymogène brûlant ; 1 personne intoxiquée par les gaz.
À tout cela s’ajoutent les séquelles à court, moyen et long terme qui font suite aux différentes blessures : difficultés à se déplacer, à conduire, douleurs violente et persistante, cicatrice, incapacité à se rendre au travail, syndromes de stress post traumatique nombreux…
Nous rappelons que depuis le 9 avril, début des opérations d’expulsions, nous avons recensé 305 personnes blessé.e.s. Ce chiffre est quant à lui toujours sous estimé car tout.e.s les personnes blessé.e.s ne sont pas prises en charge à nos postes médicaux.

Nous voulons témoigner précisément de l’évacuation de cette semaine. Une personne s’est rendue à un poste médical , elle présentait un éclat profond au bas de la cuisse, derrière le genoux.
Deux jours plus tard, elle manifestait des signes d’infection, nous avons donc choisi de l’évacuer vers les services hospitaliers. Cette personne a du se faire opérer pour retirer l’éclat qui faisait deux centimètre. Elle s’en est sortie avec 4 points de suture et une antibiothérapie renforcée.

L’éclat en question est l’une des pièces qui sert au mécanisme d’un type de grenade. C’est le quatrième éclat de cette sorte que nous retrouvons dans les chairs depuis le début des expulsions. Un a été extrait d’une cuisse. Pour les trois autres personnes blessées, des extractions chirurgicales en bloc opératoire ont été nécessaires (comme décrit plus haut). La seconde personne ayant été transférée vers des services hospitaliers avait reçu l’éclat dans une dangereuse proximité avec la colonne vertébrale (à 1 ou 2 cm). La troisième personne quant à elle avait reçu l’éclat dans le mollet.

Nous sommes donc aujourd’hui très inquiet.e.s de retrouver des éclats
métalliques de 2 cm dans les tissus profonds et aussi proches de parties vitales. Ces éclats, mal placés, pourraient avoir des conséquences dramatiques pour les personnes touchées. Nous alertons à nouveau la préfecture et les forces de gendarmerie : il est impératif, pour la sécurité des personnes, que cela cesse !

Ici, depuis le 9 avril, nous ne cessons de constater l’usage potentiellement létal des armes de la police qui blessent, mutilent, traumatisent, et bientôt tueront si cette brutalité d’intervention perdure.

Avalanche – Correspondance anarchiste, numéro 13

Cliquez sur l’imge pour télécharger le PDF

[Suisse] A propos de la lutte contre Bässlergut et de pratiques
insurrectionnelles

[Allemagne] Quand les déserts de béton deviennent intelligents.
Surveillance intelligente et technicisation de la ville

[Tunisie] Qu’est-ce qu’on attend ? Des jours et nuits de révolte contre
la misère

Pour les versions anglaises et allemandes voir ici.

Avis de tempêtes #4 – Bulletin anarchiste pour la guerre sociale

Cliquez pour télécharger le PDF

“La guerre qui monte en force jour après jour déterminera les contours du monde de demain. Et les anarchistes dans tout cela ? Seront-t-ils encore là, traversant l’épreuve du feu dans ce monde de demain ? Rien n’est moins sûr, d’autant plus que nous sommes déjà, disons-le clairement, terriblement en retard. Nous regardons encore un énième mouvement social comme s’il annonçait en soi une nouvelle vague de subversion, nous luttons contre tel ou tel projet de la domination, mais
sans inclure ces combats dans un cadre plus ample, plus vaste, plus international, nous restons un peu bouche bée quand même nos publications ou nos locaux se trouvent dans le collimateur de la très démocratique justice anti-terroriste. Nous jouons dans les marges qui nous sont laissées, plutôt que sur les terrains que nous avons nous-mêmes forgés et conquis avec force et conviction. La question n’est pas d’insister sur l’urgence, mais plutôt de porter un regard lucide et critique sur où nous en sommes vraiment. ”

Pour lire, imprimer et diffuser ce petit bulletin autour de soi (il est en format A5, et celui-ci fait 16 pages), on pourra retrouver chaque nouveau numéro tous les 15 du mois, ainsi que les précédents, sur le blog :

https://avisdetempetes.noblogs.org

Aveyron, France : Depuis l’Amassada, appel à se défendre

[Italie] “À chacun sa vérité. Réflexions et actualisations à propos du procès Scripta Manent”

Les audiences concernant le procès Scripta Manent sont en cours (de mars à juillet). Les réflexions suivantes – dont l’auteur est l’anarchiste Anna Beniamino – publiées en mars, sont datées de janvier 2018.

https://attaque.noblogs.org/post/2018/04/02/a-chacun-sa-verite/

Cliquez sur l’image pour lire

Source: Croce Nera Anarchica

en portugais

[Notre-Dame-des-Landes] : Précisions en vue d’un démarrage des expulsions sur la ZAD

Ce mardi 3 avril, l’assemblée des usages appelait à se mobiliser face à l’annonce d’un ouragan gouvernemental sur la zad, en pleine période de montée en puissance des grèves, manifestations et occupations dans le reste du pays.

Alors que diverses informations laissent à penser que 2500 policiers pourraient venir dès ce lundi 9 avril dans le bocage procéder à des opérations d’expulsions et de destructions d’habitats, une assemblée extraordinaire s’est réunie ce soir dans une wardine pleine à craquer. L’assemblée a souhaité apporter des précisions et points de rendez-vous supplémentaires.

/// Un appel à venir dès ce week-end sur place et à rejoindre les divers lieux d’accueil (voir précisions sur le site zad.nadir.org)

/// Un appel à rejoindre lundi dès 4h du matin trois lieux de rassemblement pour pouvoir se répartir ensuite sur les divers points nécessaires (regarder site avant au cas où l’opération policière ait été reportée)

– L’un au niveau des fosses noires “camping des cheveux blancs” / lama fâché (au croisement de la d281 et de la route des fosses noires – voir carte sur le site)

– L’autre au niveau de l’ambazada (au croisement de la d81 et du chemin de Suez – voir carte sur le site)

L’heure de rdv est matinale, mais il faut compter sur la possibilité de ne pouvoir se garer directement à proximité et de devoir marcher un moment pour rejoindre les lieux de rendez-vous puis les points de blocages. L’opération d’expulsion pourrait commencer dès 6h du matin. Si vous ne pouvez y être avant cette heure là, il sera toujours utile de chercher à rejoindre la zone plus tard. Préparez vous en ce cas à être inventif, déterminé.e et à devoir faire un peu de course d’orientation à travers champs et chemins.

/// Un rassemblement devant la préfecture à Nantes et place Saint-anne à Rennes  à 18h suite à une journée d’expulsion.

/// Une assemblée à 21h à la wardine après une première journée d’expulsion – un second-rendez vous d’assemblée pourra être donné à Nantes en cas de difficulté pour un certain nombre de soutiens à se rendre sur la zad.

/// Une manifestation le samedi après une semaine d’expulsion à Nantes – rendez-vous 15h place du cirque

/// Une convergence sur la zad le dimanche après une semaine d’expulsion pour sortir du sol les milliers de bâtons du 8 octobre 2016, pour reconstruire…

/// En plus des rassemblements et occupations le soir même sur les places des villes et devant les mairies et préfectures, d’autres rassemblements et blocages peuvent être pensé sur des sites stratégiques à l’instar de ce qui a pu être fait par le passé devant l’usine d’armement de pont de buis. Les comités de soutien peuvent signaler leurs rendez-vous et actions au site zad.nadir afin qu’ils soient relayés.

Avant de venir, renseignez-vous au maximum afin de comprendre la situation, et à votre arrivée adressez-vous à l’un des espaces d’accueil, prenez le temps de discuter avec les personnes sur place.

Pour accéder à la zone, voir ici :
http://zad.nadir.org/spip.php?article7. Prenez aussi le temps de lire les informations mises en ligne par l’équipe légale : https://zad.nadir.org/spip.php?rubrique56.

Pour avoir les dernières infos sur ce qui se passe sur le terrain et sur les présences policières, écoutez à tout moment radio klaxon 107.7 et pensez à vous munir en ce sens d’une petite radio portable.

Merci de vos soutiens, de toutes sortes. Le printemps est là, la zad fleurira !

Berlin : Block Intersquat aux Journées de Discussion et de Chaos, 10-13 mai 2018

Vous etes invité.es à un block Intersquat aux Journées de Discussion et de Chaos en Mai à la Rigaerstrasse à Berlin. Nous voulons offrir un espace pour échanger sur nos tactiques et techniques, pour des discussions et des informations aux Journées de Discussion et de Chaos à la Rigaerstrasse.

Nous n’envisageons pas que ça puisse remplacer les rencontres Intersquat du passé, à moins que vous vouliez faire en sorte que ça arrive. Les journées nous semblent une bonne opportunité de fare converger les discussions générales sur le sens et l’avenir des luttes urbaines et les question que surgissent quand on considère les squats comme plus qu’un outil pour satisfaire les besoins de logement. Nous esperons un échange sur l’importance de l’occupation pour d’autres luttes de libération, des maisons comme outil politique, des questions sur le travail dans et avec le quartier et plus.

Expulsions, répressions, surveillance, prisons, la vermine qui use et assiste aux structures oppressives est partout, réunissons nous en support et renvoyons la balle non pas seulement dans leur camp mais enfonceons-la dans leur coeur.

Si vous, comme individu ou groupe, êtes intéressé.es, avez des atelier, discussions, présentations ou autre chose a partager, que se soit pour le block intersquat ou pour le reste des journées, contactez nour par mail au rigaerstrasse@riseup.net  avec ID-clé-PGP 0x3971B260E4B15B69

Plus d’infos sur le weekend se trouvent sur frgegenstadt.blackblogs.org
(Une partie des info est d’abord publié en allemand et traduite plus tard)

Vous pouvez contacter sleepingchaos@riseup.net avec la clé pgp ID 0xA9DE538A73306A20 pour trouver un endroit pour dormir.

Assemblée Rigaerstrasse

N’hésitez pas à faire circuler ce mail aux groupes, personnes et orgas auxquelles vous faite confiance. N’oubliez pas de joindre votre clé PGP en nous contactant, si vous en avez une.

en anglais, allemand

Bogotá, Colombie : Des émeutes autour de l’Universidad Pedagogica bloquent le quartier d’affaires pendant 4 heures

Reçu le 13 mars

Mardi 6 mars, à Bogota, en Colombie, 2 explosions retentissent et brisent le silence des cours. Entre les murs recouverts de fresques de cette université gauchiste depuis toujours, située en plein milieu d’un
quartier d’affaires, les étudiant-e-s qui jouent sur le terrain de sports tournent leur tête dans toutes les directions. Les bavardages s’évanouissent soudainement. Il est 10h30 et les vigiles enfilent leurs sacs à dos et quittent immédiatement la scène. Rapidement, un petit groupe de personnes cagoulées traverse la foule, sans un mot. Dans une sorte de chorégraphie, sans aucun bruit inutile, les étudiant-e-s quittent tranquillement le terrain et les encapuchadxs prennent progressivement leur place. On peut vite en dénombrer 50, qui font maintenant face aux gradins en pierre.

Sur les bancs, une foule d’étudiant-e-s curieux-ses s’entassent. On peut en entendre certain-e-s exprimer leur désaccord : « ça va être moche », qui partent aussi vite qu’elles et ils le peuvent. Sur le terrain, on peut facilement distinguer au moins 3 groupes différents. Les cagoules sont faites de tissu noir, les corps sont complètement recouverts, jusqu’à leurs chaussures, couvertes par de grandes chaussettes. Plusieurs d’entre elles et eux sont complètement habillés de sacs poubelle. Malgré les premières explosions, elles et ils ne semblent pas se presser.
Certain-e-s jettent sur le mur ce qui ressemble à des petites boules en métal, qui explosent dans un incroyable BOUM. Vous venez de faire la connaissance des papas bombas, une tradition ici en Colombie.

Elles et ils demandent au public de faire silence et commencent à expliquer la raison de tout ceci. Deux individus anarchistes crient leur discours aux bancs de derrière leur cagoule, avant qu’une féministe fasse la même chose. Une femme trans dans le public prend ensuite la parole, après avoir demandé à interrompre le discours d’un autre anarchiste. Elle dit que ce qui va se passer est très bien, mais que la lutte se passe également dans notre vie de tous les jours ; que pour les femmes, les gays et les lesbiennes, et pour les trans, nous devons nous battre contre tous les aspects de l’oppression. Les encapuchadxs et le public applaudissent bruyamment. Pendant les interventions, plusieurs encapuchadxs distribuent des flyers politiques, dont des flyers anarchistes et féministes (avec des appels à la manifestation du 8 mars).

C’est ensuite au tour des dissidents des FARC de parler. Les FARC, la guérilla colombienne bien connue, vieille de 50 ans, ont finalisé un accord de paix avec l’État colombien il y a une paire d’années. Plusieurs encapuchadxs que l’on peut voir, bien identifiés grâce à leurs brassards jaune et noir, sont des dissidents de ce groupe.
Mais au moment-même où elles et ils commencent à parler, une sirène puissante retentit et interrompt leur discours, ce qui nous fait sourire, en tant qu’individus anti-autoritaires. Les étudiant-e-s et les encapuchadxs prennent ensuite place aux portes de l’université. De nombreuses personnes se masquent le visage et rassemblent des pierres et des bouteilles vides. L’ESMAD, la police anti-émeute, est visible à travers les grilles de la fac, se déployant lentement tout autour de l’université, tandis que les encapuchadxs en sortent, leurs mains pleines de papas bombas. Les affrontements commencent, les flics répondant aux puissantes bombes par du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc.

Plusieurs encapuchadxs sortent des bâtiments pour attaquer qui Davivienda, une grande banque colombienne, qui un gros concessionnaire Renault. Renault est un gros constructeur français de voitures. En voyant leurs vitrines éclater, nous avons des pensées pour les camarades emprisonnés en France depuis les récents mouvements sociaux [1].

Quelques rebelles brisent également les panneaux publicitaires autour de la fac, et taggent des graffitis anarchistes (Rabia y solidaridad (A) ; ¡Arriba el tropel! ; Tombos = bastardos ; (A)-K Anarchistas al Kombate [2]).

Tandis que de plus en plus de flics arrivent, ils tentent de se rapprocher des portes de l’université, mais ne parviennent jamais vraiment à encercler le campus. Deux camions de police ou plus, avec canons à eau, sont aussi visibles, et jettent des grenades lacrymogènes à l’intérieur de l’université. À l’intérieur de la fac, des gens allument des petits feux pour respirer les fumées et soulager les effets du gaz. Elles et ils respirent aussi des branches de romarin pour les mêmes raisons. D’autres lancent des cocktails molotov ou des papas bombas sur les camions. À l’extérieur, c’est le chaos total. Les flics bloquent physiquement une impressionnante foule de spectateurs qui semble se tenir du côté des étudiant-e-s sauvages qui se battent avec la police, hurlant pour les avertir lorsqu’arrivent le camion ou des motos de police.

Une chose importante à noter est qu’en Colombie, la police n’est pas autorisée à entrer dans les universités, et, plus étrange encore, elle semble respecter cette règle. C’est probablement la raison pour laquelle l’émeute a pu continuer pendant des heures sans qu’aucun des deux côtés ne semble vraiment capable de progresser.

Un triste événement s’est toutefois passé vers la fin de l’émeute. On a pu entendre une grosse explosion et 3 ou 4 étudiant-e-s ont été grièvement blessé-e-s, probablement par un dispositif explosif artisanal (papas bombas). Il semblerait que certain-e-s d’entre elleux ont perdu soit une main, soit un œil. Illes ont été envoyé-e-s à l’hôpital. Nous exprimons fortement notre solidarité à ces camarades blessés.

Après cette émeute, qui était la deuxième en moins d’un mois dans cette fac, on peut lire dans les journaux que tous les politiciens de la droite à la gauche appellent à la fin de ces manifestations, et à changer la loi pour autoriser les flics à entrer dans les universités.
Tout le campus a été fermé une semaine pour permettre des enquêtes. En dépit de ce contrecoup réac classique, certaines voix, même de syndicats de travailleurs de l’université, ont exprimé leur solidarité avec les événements et avec les blessés.

En Colombie, le mouvement offensif anarchiste est bel et bien vivant, et la volonté d’exprimer des idées radicales par des moyens radicaux est clairement palpable.

Pour l’anarchie. Pour le chaos.

quelques anarchistes

[1] Particulièrement, nous parlons des prisonnier-e-s du mouvement contre la loi travail de 2016, dont certain-e-s sont toujours incarcérés, et d’autres personnes en prison après l’expulsion du Bois Lejuc, une zone occupée en lutte contre un projet d’enfouissement de déchets nucléaires dans l’est de la France.

[2] Rage et solidarité (A) ; Vive l’émeute ! ; Flics = bâtards ; (A)-K Anarchistes au combat

en allemand, anglais

Avis de tempêtes – bulletin anarchiste pour la guerre sociale n°3 vient de sortir

Cliquez sur l’image pour télécharger le PDF

Pour lire, imprimer et diffuser ce petit bulletin autour de soi (il est en format A5, et celui-ci fait 20 pages), on pourra retrouver chaque nouveau numéro tous les 15 du mois, ainsi que les précédents, sur le blog :

avisdetempetes.noblogs.org

“Rien de semble échapper à la reproduction sociale, rien ne semble être en mesure de s’opposer à l’éternel retour de la plus mortelle des habitudes : le pouvoir. Des grèves sauvages qui s’arrêtent après la concession de quelques miettes, des protestations populaires auxquelles manque seulement la satisfaction de leur revendication sereine pour devenir des consensus de masse, l’abstention politique qui se précipite dans les urnes à l’appel de nouveaux politiciens, des révolutions sociales triomphantes lorsqu’elles obtiennent un changement de la garde… « Fallait-il que la routine eût de longues dents pour que nous en soyons là aujourd’hui ! » disait un vieux surréaliste.”

en portugais

Portugal : Vive Javier Recabarren, anarchiste !

[Mémoire noire et insurrecte] Vive Javier Recabarren, anarchiste !

Il parcourait les rues de Santiago du Chili avec la pleine conviction de ce
qu’il sentait, contre la police terroriste, contre une société que
maltraite et torture les êtres humains et les autres animaux. Sa révolte
profonde contre les grilles des cages et des prisons venait directement
de son cœur. Sauvage et libre, il déambulait sa brève vie anarchiste
comme une comète, éclatante d’amour et de rébellion. Javier Recabarren
meurt piétiné par une machine assassine dans la même rue où il s’est
battu tant de fois (18 mars 2015). Indomptable, sa sagesse de l’acratie courrait dans ses veines, dans son jeune corps de 11 ans!

Vive Javier ! Honneur à ta mémoire.

Tu vis en nous, nous vivons avec toi à nos côtés. Avec la mémoire noire et insurrecte de tous celleux qui se battent et nous donnent de la force, comme toi, Javier Recabarren !

Venceremos!! (A)

en portugais

 

 

Avis de tempêtes #2 – Bulletin anarchiste pour la guerre sociale

Cliquez sur l’image pour télécharger le PDF

Avis de tempêtes – bulletin anarchiste pour la guerre sociale n°2 vient
de sortir.

Pour lire, imprimer et diffuser ce petit bulletin autour de soi (il est en format A5, et celui-ci fait 16 pages), on pourra retrouver chaque
nouveau numéro tous les 15 du mois, ainsi que les précédents, sur le
blog : https://avisdetempetes.noblogs.org 

“Aux yeux du pouvoir, il semble qu’être espionnés à tout bout de champ par ses boules haut perchées ou qu’être flashés par les laisses électroniques de citoyens-délateurs ne soit pas encore suffisant : en plus des 10 000 caméras-piéton annoncées au buste des pandores d’ici 2019 (opération « Vas-y, chope la cam’ ! »), les 110 000 tablettes et smartphones NEO de la police et de la gendarmerie déployés d’ici 2020 risquent de finir par encombrer totalement notre champ de vision.

À moins bien sûr que nous puissions faire quelque chose pour y remédier… car lorsque le contrôle néo-policier devient simple comme cliquer sur le bouton photographique d’un smartphone ou sur ses applis, avec interrogation directe d’une banque de données à distance, c’est bien dans l’interaction entre le réel et le virtuel que réside la principale fragilité de leur architecture.”

Bure, France: Point de situation au 27/02 – le week-end du 3/4 mars, son program

*Point de situation au 27/02*

Depuis le 22 février, après l’expulsion largement médiatisée du bois Lejuc, de nombreuses personnes ont continué à occuper les arbres en hauteur, à silloner et arpenter la forêt pour surveiller les gendarmes mobiles, à observer si des travaux débutaient, à ravitailler et soutenir les chouettes hiboux perché-e-s dans les cimes. D’autres se sont concentrées sur le suivi antirep pour tous-tes les camarades passées en vérif’ d’identité, en garde à vue, et pour les deux personnes actuellement en détention préventive. D’autres assurent un accueil de plus en plus large pour les personnes qui arrivent à la Maison de résistance, ou dans les différents lieux dans lesquels nous habitons tout autour. Et, surtout, prennent soin les un-e-s des autres après cette épreuve.

Pendant ce temps, la préfecture ne démilitarise pas la zone, et passe des arrêtés hallucinants pour interdire toute circulation autour du bois Lejuc… Lundi 26 février des camions et des pelleteuses ont été vu.e.s travaillant dans la forêt. Cela va probablement continuer dans la semaine. On essaie de vous tenir au courant de toutes les nouvelles via les actualisations régulières sur vmc.camp. La situation est extrêmement mouvante, donc revenez aux nouvelles souvent!

*Maintien du WE intercomité*

Au milieu de tout ça, la date des 3-4 mars tient comme une pierre au milieu du torrent ! Chaque jour nous nous organisons pour préparer l’accueil des centaines de personnes qui viendront ce week-end. La logistique du dodo est en route, ainsi que les cantines collectives. Il y a dans tout cela une bonne dose d’imprévu et d’improvisation, et toutes les énergies de l’autogestion sont et seront les bienvenues pour nous permettre d’organiser ce week-end, et la suite, et faire face à la violence de l’État et ses milices, suite à l’expulsion et au harcèlement policier permanent…

Le 22 février n’a pas été qu’une expulsion : ça a aussi été une chaîne de solidarité incroyable de plus de 70 rassemblements en France et en Europe. 300 personnes à Paris, 200 personnes en manif sauvage à Nantes ou Rennes, 20 personnes bloquant les trams pendant une petite demie-heure à Strasbourg, des vitrines d’EDF étoilées à Toulouse, des tractages sur les places publiques à Lons-le-Saunier, une photo de solidarité à Gorleben et Leipzig en Allemagne et Skouries en Grèce, et tant d’autres moments… De nouveaux comités de soutien créés en Vienne, dans le Finistère, à Metz, etc.  Le gouvernement a communiqué sur l’expulsion d’une « quinzaine » d’occupant-e-s du bois Lejuc mais ce sont des milliers de personnes qui sont sorties dans les rues partout…
Ça ils ne pourront jamais l’expulser.

Le week-end du 3 & 4 mars, nous aimerions que ces comités, existants ou en cours de création, ainsi que toutes les personnes qui ont envie de lutter avec Bure partout où elles sont, puissent, à la manière qui leur plaît et si elles le désirent, manifester et visibiliser qu’elles luttent déjà avec Bure depuis de nombreux lieux, rendre tangible cette chaîne de solidarité… On suggère ici des pistes qui sont uniquement à prendre comme des invitations : par exemple, préparer des banderole créatives symbolisant les villes des comités et les luttes qu’iels mènent (oules banderoles utilisées lors des rassemblements du 22 février), ou tout autres objets et symboles à cet effet, etc. Ou encore rapporter des combinaisons blanches, de la peinture, des beaux masques de hiboux personnalisés et customisés, etc. Nous appelons aussi les gentes qui vont venir à, autant que faire se peut, ramener des tentes, vêtements chauds, bottes, frontales, nourritures, etc, de quoi être un maximum autonome… Nous essayons de prévoir des couchages et logements
pour tous-tes mais c’est bien si tout le monde assure au maximum au cas où nous sommes trop nombreux-euses…

Il y a également une première liste logistique des besoins matériels d’urgence. qui sera complétée bientôt.

* Note sur la prise d’image et de son les 3-4 mars*

En venant ici, il faut prendre en compte que nous venons de vivre un épisode repressif très fort, où les forces de police cherchent à
identifier les hiboux pour mieux les enfermer. Nous vous demandons donc votre compréhension lorsque nous exigeons de ne pas prendre d’images ni même de sons. Si c’est vraiment votre dada, contacter l’équipe automédia une fois sur place pour la rejoindre. Nous montrerons une tolérance nulle, par nécessité, à toute image ou tout enregistrement pris en dehors du cadre de l’automédia. Si vous avez de bons appareils que vous souhaitez mettre à disposition, ça pourrait nous intéresser.

*Programme général du WE*

Le déroulé du week-end est encore en train d’être discuté. Nous avions dit avant l’expulsion que nous voulions absolument prendre un temps de rencontres et discussions largement pour renforcer la lutte en France et en Europe, et nous comptons bien tenir ce temps là parmi toutes les autres choses.

Pour l’instant les premiers éléments du programme sont :
– Vendredi 2 au soir : accueil permanent dans la cuisine de la Maison de résistance de Bure (BZL) pour aider à la répartition des couchages, à l’inclusion dans les tâches d’autogestion etc. À 18h30, un premier temps d’accueil et d’information sera proposé avant de manger !
– Samedi 3, en  matinée (À Mandres-en-Barrois) : rencontres et discussions entre les différents comités de lutte et les différentes
personnes désireuses de soutenir la lutte à Bure. Le programme détaillé arrivera très vite.
– Samedi 3, après-midi : construction d’une vigie aux abords de la forêt.
– Dimanche 4 : poursuite des activités du samedi !

Il y aura en parallèle du programme sans doute des quantités de choses pas annoncées, un peu de joyeux chaos, beaucoup d’improvisation. Quoi qu’il en soit, nous porterons (et vous encourageons à porter) une grande attention à ce que tout le monde puisse, au maximum, trouver une place et se sentir bien.

Nous vous attendons nombreux-euses le week-end du 3-4 mars (ou avant, ou après) !

On ne nous atomisera jamais !

Quelques hiboux de Bure.

informations en allemand

Besançon,France: Rassemblement solidarité avec Bure

Ce jeudi 22 février à Besançon, une vingtaine de personnes s’est rassemblée devant la préfecture en solidarité avec les Hiboux du Bois Lejuc, qui ont dû faire face à une invasion de gendarmes mobiles le matin-même.

Une banderole a été suspendue en face du bâtiment et quelques affiches collées un peu partout en ville. Des pancartes ont aussi été réalisées, afin de rappeler les conséquences mortelles du nucléaire et d’exprimer notre soutien aux ZAD qui fleurissent un peu partout.

Solidarité indéfectible avec la lutte contre la poubelle nucléaire, mais aussi avec les occupant.e.s de la forêt de Hambach en Rhénanie, qui luttent contre un énième projet d’empoisonnement de la terre, en l’occurrence contre une mine à charbon à ciel ouvert exploitée par RWE.

Force et solidarité avec les 4 personnes encore en prison!

en allemand

[Expulsion du bois Lejuc en cours] Communiqué Bure Partout Nucléaire Nulle Part


[Communiqué Bure Partout Nucléaire Nulle Part]

Appel à rassemblement devant la préfecture de Toulouse aujourd’hui jeudi 22 février à 18h

Le bois Lejuc est en cours d’expulsion à Bure depuis 6h30 ce matin! Ce bois est occupé depuis 2016 pour retarder le chantier CIGEO de l’ANDRA par des personnes qui résistent contre la poubelle nucléaire. C’est  le point névralgique du projet qui doit accueillir les puits de ventilation des 265 km de galeries où seront stockés les 85000 mètres cubes de déchets radioactifs. Les gendarmes mobiles sont entrés et des personnes sont embarquées. L’escalade de la répression subie par les personnes qui luttent à Bure arrive à son point d’orgue.
La page vmc.camp a été bloquée! Suivi du fil d’info sur manif-est.info.

L’Etat a clairement choisi d’adresser un signal très fort en passant en force… Alors que la trêve hivernale n’est pas terminée. Alors que l’Andra ne pourra commencer aucun travaux dans le bois du fait de la période de nidification qui commence le 15 mars. Alors qu’un sac de nœuds de recours juridiques et administratifs ligote encore l’éboueur de l’atome : recours administratif contre la propriété de l’Andra suite à l’échange municipal du bois du 18 mai 2017 ; nécessité d’une évaluation environnementale prescrite par l’Autorité Environnementale en octobre 2017, etc l’Agence ne peut pas commencer ses travaux préparatoires.
L’Etat répond par une opération d’expulsion surprise, avec un gros dispositif (500 gendarmes) et une propagande médiatique savamment huiléesur tous les fronts dès le petit matin.

Comme en 2012 à Notre-Dame-des-Landes, les bulldozers suivent  immédiatement les gendarmes, on rase au plus vite les lieux de vie sans laisser le temps de récupérer tous les effets personnels. Déjà suite à une première expulsion du bois en juillet 2016 les machines de l’Andra avaient défriché illégalement une partie conséquente des arbres avant que l’opposition ne réinvestisse et ne réoccupe la forêt à la mi-août 2016.

Le 20 septembre dernier lors de la perquisition sur les différents lieux de vie à Bure des dizaines de rassemblements avaient fleuri partout en France, et des comités de lutte s’étaient créés dans la foulée. Nous devons maintenant continuer de nous organiser sur place et partout en France. Plus que jamais Bure doit être partout, faire partie de nous, nous devons être des milliers maintenant à nous lever contre l’horreur nucléaire et l’atomisation qu’iels nous préparent, et réagir.

Outre ces considérations, il reste la question du bien fondé de ce projet acté par le gouvernement, sans aucune concertation, dans l’opacité la plus totale ! Il s’agit de ne pas perdre de vue que cette décision d’enfouir ces déchets hautement radioactifs est une solution pour les nucléocrates, essentielle à la poursuite du nucléaire!

LA SITUATION DE BURE N’EST PAS UN PROBLÈME MEUSIEN, L’OCCUPATION DU BOIS LEJUC EST UNE BARRICADE EN PLEIN SUR LA CHAÎNE DE PRODUCTION NUCLÉAIRE ET SON MONDE EN GÉNÉRAL.

1) Appel à soutien au Bois Lejuc: besoin de monde sur place!

2) Se rassembler devant la préfecture aujourd’hui, c’est dénoncer ces manières expéditives face à un mouvement qui s’oppose à une poubelle nucléaire et son funeste monde (de merde) !

Suivi sur vmc.camp (crashé pour l’instant) / burestop.eu / et surtout ici

On ne nous atomisera jamais! Que Bure vive partout!

Pour nous contacter: burepartoutnnp@riseup.net

[fRance] : A propos du 2ème procès de l’affaire “Machine à expulser”

Cliquez sur l’image pour télécharger le PDF

7 camarades et compagnons seront jugés le 31 janvier au TGI de Paris à la 16e chambre du tribunal correctionnel.
Solidarité avec les inculpés de la lutte contre la machine à expulser.

En 2010, deux vagues de perquisitions et de multiples procédures liées à de nombreuses attaques (incendiaires ou non), tour-à-tour jointes, disjointes, et associées dans le cadre d’une instruction tentaculaire, viennent réprimer la phase offensive de lutte contre la machine à enfermer et expulser les sans-papiers qui a augmenté en intensité suite à l’incendie du centre de rétention de Vincennes par les retenus eux-mêmes le 22 juin 2008.  Après l’abandon des chefs d’inculpation les plus lourds, et des années de procédures pleines d’incohérences et manifestement faites pour justifier des moyens de surveillance, des contrôles judiciaires et des incarcérations préventives, dix camarades et compagnons se retrouvent cependant convoqués devant la justice. Un premier procès qui mettait en cause quatre personnes, dont trois avaient été incarcérées en 2011, a eu lieu en juin 2017. L’une d’entre elles a été relaxée, les trois autres prennent 4 mois avec sursis, et 500 euros d’amende pour dégradation en réunion (des tags) et refus d’ADN. L’un d’entre eux a fait appel de cette décision, il sera donc rejugé prochainement.

Le 31 janvier, ce sont sept personnes qui seront passé en procès (l’un d’entre eux était déjà jugé dans le procès du mois de juin). La logique est la même : après une débauche de moyens policiers et judiciaires, quatre personnes ne se voient reprochés qu’un refus d’ADN et de  signalétique, alors que les trois autres sont accusés en plus de faits de dégradation lors d’occupations sauvages et éclairs de locaux d’entreprises participants à l’enfermement et à l’expulsion des sans-papiers (en l’occurrence Air France, SNCF et Bouygues Telecom).

À travers cette répression dont les procès en cours constituent le bancal épilogue, ce sont des dynamiques de luttes autonomes et auto-organisées qu’il s’agissait de briser, en cherchant à rompre les liens qui se construisaient alors entre les luttes à l’intérieur et à l’extérieur des Centres de Rétention Administrative. Plus largement, il s’agissait de mettre fin aux formes de luttes auto-organisées et offensives qui, à partir de 1996 dans le mouvement dit « des sans-papiers », se sont opposées aux partis, aux syndicats, aux logiques gestionnaires et humanitaires, pour défendre la liberté pour tous, avec ou sans-papiers. Si le refus de la politique de tri des migrants et la lutte contre les moyens répressifs qui l’accompagnent ont pris des formes variées, collectives et « affinitaires », privilégiant, selon les moments, ou en même temps, l’agitation publique et l’attaque diffuse, c’est la perspective de s’opposer concrètement à la machine à enfermer et à expulser qui fera le lien entre les différentes phases de cette période de lutte. S’attaquer à ceux qui participent et profitent de l’enfermement et de l’expulsion des sans-papiers par des mobilisations décentralisées (contre Air France, Accor, Bouygues, Carlson Wagonlit, la Croix Rouge…) ou bien, de manière plus ponctuelle et diffuse, s’opposer aux expulsions, s’organiser contre les rafles, empêcher la construction de nouvelles places en centres de rétention, que ce soit par des attaques, des occupations, des manifestations, des visites inamicales de jour comme de nuit, c’est toujours lutter pour la liberté de tous et toutes.

Aujourd’hui cette question est plus que jamais d’actualité. Alors qu’un nouveau projet de loi prévoit d’augmenter encore le délai de rétention jusqu’à plus de trois mois, qu’il s’agit désormais de trier les migrants aux portes de l’Union Européenne, alors que les migrants sont toujours plus nombreux à mettre en crise la gestion de ces dispositifs, il est d’autant plus urgent de se donner les moyens d’entraver la mise en place concrète des dispositifs d’enfermement, de répression et d’expulsion.

Pourtant, dans cette période extrême de troubles et de crise internationale de la gestion migratoire, aucune intervention subversive à la hauteur des enjeux n’est venue, ces toutes  dernières années, bousculer réellement la bonne gestion des migrations et sa cogestion humanitaire.  Les pratiques, l’élaboration offensive sous ses formes variées et vivantes et les analyses qui ont fait l’inventivité de ces luttes se sont sclérosées, leur vitalité s’est perdue. A défaut de perspectives révolutionnaires, le découragement fait son chemin et les logiques « pragmatiques » et « réalistes », c’est-à-dire humanitaires, triomphent. On entend parler de « soutien aux réfugiés » quand des luttes avaient imposé le refus de ces dénominations d’Etat (ou de cogestionnaires) qui valident le tri des migrants, la régularisation par la normalité, le travail, la famille ou l’amour de la patrie, comme de cette position de « soutien » qui condamne à l’impuissance et au paternalisme, et dans laquelle s’installent désormais celles et ceux qui voulaient auparavant en finir avec les frontières et l’enfermement sous toutes ses formes. Une époque de pacification et de confusion, dont la page mérite d’être tournée au plus vite, avec le souvenir de ce qu’ont pu être ces luttes, de ce qu’elles pouvaient avoir de véritablement offensif, et la volonté de reparcourir les chemins de la subversion de l’existant, de ses défenseurs et de ses faux critiques.

À la place des bétonnages politiciens et identitaires, des crispations égotiques et des modes d’affirmations politiques qui ne peuvent que s’approfondir dans la séparation et l’isolement, venant vernir de radicalité la vanité et les dérives dans lesquelles s’enlise la morne séquence que nous vivons, il nous faudrait trouver de nouveaux espaces de lutte désintimisés et déprivatisés, sans dieux et sans chefs, dans lesquels il ne s’agirait plus de se situer, ou d’être situé, que ce soit sur un plan politique, affinitaire et/ou identitaire.

Plutôt que de reconstruire le passé pour établir une mythopoïesis en dépit d’un présent décomposé, et de délimiter des pré-carrés en dépit d’un passé composé dans lequel les divergences pouvaient s’exprimer, dialoguer, voire se confronter dans la construction commune de perspectives révolutionnaires, il est urgent de puiser dans la mémoires des luttes protéiformes, vivants et foisonnants de quoi nourrir notre refus de ce monde, de l’État et de ses frontières.

Ces deux procès, comme tous les autres intentés à celles et ceux qui luttent, sont d’énièmes coups portés par l’Etat dans la guerre sociale en cours depuis toujours, il nous appartient donc de reprendre l’initiative et l’offensive plutôt que de continuer à subir.

Ne nous laissons pas juger en silence
Liberté pour tous et toutes, avec ou sans papiers
Feu à toutes les prisons !

pafledab@canaglie.net

en portugais

[fRance] : Sortie d’une nouvelle publication – Avis de tempêtes – bulletin anarchiste pour la guerre sociale

Cliquez sur l’image pour télécharger le PDF

Une nouvelle publication, Avis de tempêtes – bulletin anarchiste pour la guerre sociale, vient de sortir.

Pour lire, imprimer et diffuser ce petit bulletin autour de soi (il est
en format A5, et celui-ci fait 12 pages), on pourra retrouver chaque
nouveau numéro tous les 15 du mois, ainsi que les précédents, sur le
blog : avisdetempetes.noblogs.org

“Recommencer, toujours. C’est le sort, qui peut sembler quelque peu
tragique, de tous ceux qui sont en guerre contre ce monde d’horreurs
infinies. En cours de route, certains tombent sous les coups, d’autres
ne résistent pas aux sirènes qui appellent à se résigner et à rentrer
dans les rangs, voire retournent carrément leur veste. Les autres,
celles et ceux qui persistent se battre entre hauts et bas, doivent à
chaque fois retrouver force et détermination pour recommencer.

Pourtant, à bien à y réfléchir, la tragédie n’est pas de recommencer, de repartir de zéro, mais d’abandonner et de se trahir soi-même.La conscience, toujours individuelle, peut être un fardeau lourd à porter, et devient cruelle quand on l’a trahie sans disposer de suffisamment
d’anesthésiants. Car ce monde n’en manque pas, et les distille même à
volonté. Une petite carrière alternative à son propre compte, des
dimanches pour aller s’émerveiller dans un parc naturel, un projet
humanitaire ou culturel, voire des drogues carrément plus dures : écrans en tout genre, réalités et socialités virtuelles, abrutissement total.

Non, un tel sort nous effraie bien plus que toutes les souffrances, que
toutes les peines liées à l’échec de détruire l’autorité…”

en portugais

Croatie : Foire aux Livres Anarchistes de Zagreb, avril 2018

La 14ème Foire du Livre Anarchiste aura lieu à Zagreb du 6 au 8 avril 2018, à l’AKC Medika, Pierottijeva 11.

La Foire du Livre Anarchiste de Zagreb (ASK – Anarhisticki sajam knjiga) est un événement anarchiste annuel. Jusqu’à là les foires se sont bien déroulées et nous espérons pouvoir attirer toujours plus de gens chaque année en tant que participant-e-s, publications, groupes, projets – n’importe qui qui soit intéressé-e par ce que la foire au livre a à offrir.

En ce qui concerne la partie discussion, tout est ouvert, comme chaque année, donc toute suggestion, idée, etc. est la bienvenue, tout comme des textes que vous trouveriez intéressants pour des débats.

L’ASK a lieu à Zagreb chaque printemps, comme une ressource locale pour les livres anarchistes et libertaires, ainsi que d’autres publications. Nous avons aussi pour objectif d’ouvrir la discussion sur des sujets qui sont importants pour le mouvement anarchiste, ou pour notre communauté locale.

L’idée d’une telle foire aux livres n’est pas nouvelle, mais elle se base sur l’expérience positive d’autres Foires au Livre Anarchiste. Dans de nombreuses situations différents, ces foires aux livres ont prouvé qu’elles étaient des événements importants et des lieux de rencontre, tant au niveau local qu’international.

Et c’est pourquoi nous avons besoin de votre aide – venez et soutenez cet événement par votre solidarité et votre participation !

Si vous ne pouvez pas venir à la foire au livre, vous pouvez envisager le fait d’envoyer gratuitement des publications, affiches et autres matériels. Vous pouvez également envoyer des livres et autres publications à vendre, nous organiserons des étals pour celles et ceux d’entre vous qui ne pourraient pas venir, mais nous aimerions que vous présentiez votre travail lors de la foire.
Contactez-nous à anarhisticki.sajam.knjiga@gmail.com à propos des détails, de l’adresse où envoyer du matériel, etc.

Participation

Pour nous aider à organiser la Foire et à boucler le programme à temps, nous avons besoin que vous confirmiez votre participation aussi tôt que possible. Notre adresse e-mail est : anarhisticki.sajam.knjiga@gmail.com

Mettez-vous en contact avec nous et faites-nous savoir dans quelle mesure vous voudriez participer. Voilà une liste de quelques questions auxquelles vous pouvez répondre, et nous recevrons volontiers toute information supplémentaire.
Faites-nous aussi savoir si vous avez besoin d’un lieu où loger. Il y a quelques possibilités, mais nous avons besoin des détails aussi tôt que possible.

Quelques choses que nous avons besoin de savoir :

1. Questions pour toutes les personnes venant d’en-dehors de Zagreb :

– comment souhaitez-vous participer ?
– voulez-vous organiser une présentation, un atelier ou une discussion lors de la foire ?
– avez-vous besoin d’un logement  (les places gratuites où dormir sont limitées) ?

2. Si vous voulez une table :

– de quelle taille avez-vous besoin que soit la table ?
– avez-vous besoin d’aide pour votre table ?
– pouvez-vous aider financièrement la Foire (ceci n’est pas une condition pour tenir une table, les tables sont gratuites) ?
– nous avons besoin de quelques infos sur vous (contact, quels livres/éditions vous distribuez [pas une liste, seulement de courtes infos]…).

Vous pouvez télécharger l’affiche de la Foire sur notre page web.

Pour plus d’informations :
web: www.ask-zagreb.org
e-mail: anarhisticki.sajam.knjiga@gmail.com

en anglais, allemand