Grèce: Grève de la faim massive dans les prisons

Communiqué de grève de faim:

Depuis le 18 juin les détenus dans toutes les prisons ont commencé une grève de plateau, en protestation contre le projet de loi fasciste sur la construction des prisons type C et pour défendre le droit à la permission de sortir et à la suspension de peine.

Mais le ministre et le gouvernement restent toujours indifférents. Ils n’ont pas du tout répondu à nos justes demandes et ils provoquent en voulant passé le projet de loi en été pour éviter les réactions des gens.

Face à ce projet de lois qui nous condamne à rester prisonniers toute la vie sans droits ni espoir, on oppose nos corps et nos âmes comme bouclier. C’est la seule chose qui nous reste.

A partir du lundi 23 juin on commence une Grève de faim massive dans toutes les prisons. Nous revendiquons nos droits et nous luttons pour rester humain et non pas des ombres humaines enfermés et oubliés dans le désespoir.

On demande :

1) Que le projet de loi fasciste sur les prisons type C soit retiré. On dit non au Guantánamo Grec, à la prison dans la prison, sans permission de sortir, sans parloirs, sans demain…

2) Que les permissions de sortir et les suspension de peine soient des droits inaliénables pour tous les prisonniers. La Grèce est le seul pays ou le détenu est condamné et puni tout les jours. Même si la lois dit que tous ceux qui ont complété 1/5 et 3/5 de leur peine ont le droit à la permission de sortir et à la suspension de la peine, les prisonniers passent tout de même par l’inquisition des procureurs qui sans aucune raison rejettent les demandes l’une après l’autre. Ils créent ainsi des détenus sans espoir et reproduisent la criminalité.

3) Que tout le monde soit égal devant la loi. Tous les détenus qui ont été condamné à vie pour des questions de drogues (vue que la police a tout fait pour faire passer des toxicomanes pour des grands trafiquants de drogue) à cause de la vielle loi 3459/2006, qu’ils aient la possibilité d’être jugé de nouveau avec la nouvelle loi qui est plus favorable pour les toxicomanes (41339/2013)

4) Que le droit au parloiar conjugal soit appliqué. En prison on te prive de ta liberté. Mais dans les prisons grecs on te prive même du sourire de la communication humaine et du contacte avec tes bien aimés. Dans tous les pays de l’Europe le droit au parloir conjugal est appliqué et il n’y a que en Grèce ou le détenu est privé de la communication humaine.

5) Que le maintien en captivité de ceux qui sont menacés d’expulsion se terminent maintenant. Des centaines de prisonniers migrants restent incarcérés en raison de la bureaucratie des ambassades, bien qu’ils aient purgé leur peine. Nous exigeons la libération de ces prisonniers.

On demande au ministère de justice qu’il s’occupe avec les réels problèmes des prisons et qu’il retire tout de suite le projet de loi fasciste sur la création du Guantánamo grec à Domokos.

Pour chaque jour de grève de faim et chaque prisonnier qui risquera sa vie le responsable sera le Ministre de Justice.

LES GRÉVISTES DE FAIM VAINCRONS
LUTTE – DIGNITÉ – SOLIDARITÉ

Comité de Lutte des Prisons

pdf

Leave a Reply

Your email address will not be published.