Mexique : Les cellules autonomes comme moyen de lutte de l’anarchisme

ParoDe nombreuses et éternelles discussions ont existé au cours des ans à propos de la forme d’organisation entre individus anarchistes. Certains proposent l’organisation anarchiste traditionnelle ou l’anarchosyndicalisme, nous-autres insurrectionnalistes proposons l’organisation d’individus anarchistes à travers les cellules autonomes informelles. Ce mode d’organisation fonctionne déjà depuis quelques décennies, et il s’agit d’une forme plus viable de pratiquer l’action directe, la propagande par le fait ou de pratiquer le conflit permanent contre les institutions et les individus qui représentent l’État et le Capital. L’importance de ces cellules autonomes est grande, parce qu’en elles ne s’efface pas l’autonomie de l’individu, ni la liberté d’agir individuellement ou collectivement. Cette forme d’organisation est aussi un outil très utile pour agir de façon immédiate et coordonnée avec d’autres cellules, si celles-ci le désirent. Prenons pour exemple le cas de la FAI (Fédération Anarchiste Informelle) et du FRI (Front Révolutionnaire International), qui agglomèrent des dizaines de cellules anarchistes informelles sur l’ensemble du globe terrestre : cela est une démonstration du fait que la lutte révolutionnaire par le biais des cellules autonomes ne concerne pas seulement ne région ou un pays déterminé, mais est véritablement internationale. On pourra nous accuser d’avant-gardisme, de séparatisme, voire même « d’agents du gouvernement » comme cela s’est déjà produit une infinité de fois. Mais cette forme d’organisation n’est en rien avant-gardiste, séparatiste : elle est tout le contraire. Personne ne s’attend à ce qu’une seule cellule ou quelques cellules autonomes portent la lutte insurrectionnelle. Mais que les cellules qui la mènent se comptent par milliers… PAR MILLIONS !

Il n’est pas possible que tous les individus s’agglutinent dans une seule organisation, ou dans une seule structure, parce que l’expérience et l’histoire nous ont appris que les organisations de masse avec des structures d’organisation, même si celles-ci ne sont pas « hiérarchiques » et que la tentative de faire exister la fameuse « horizontalité » est toujours présente, tendent à tomber dans le personnalisme de quelques-uns, ou porte à l’existence de quelques « leaders » (même si ils sont parfois maquillés en « leaders moraux »), et ces soit-disant « leaders » pourraient vendre leurs propres compagnons. Et cela est l’un des principaux risques des structures organisationnelles qui comptent sur le nombre : à l’intérieur peut s’y créer des leaders ou du personnalisme. Et à travers cela, la tâche est rendue plus aisée pour le système en ce qui concerne la désarticulation de l’organisation, si il la considère comme étant un danger, en coupant la tête du leader ou des leaders, en les absorbant, en intimidant les membres les plus actifs de l’organisation. Voilà où il nous faut placer une grande réflexion et beaucoup de critique. Car les cellules autonomes se proposent, en optant pour l’informalité, une informalité qui ne s’entrechoque pas avec la liberté de l’individu pour la faire finir dans des « commissions » qui, dans la majorité des cas, existent au sein des structures nombreuses. Ces commissions qui lors en de nombreuses occasions sont imposées par la majorité des individus à un individu.

Tout en reproduisant par cela la division du travail, car cela en reproduit en effet les méthodes d’organisation qu’utilise le système que l’on combat « en principe ». L’informalité permettra à l’individu de décider quelles actions réaliser et quand. Toujours sur la base de sa propre volonté, sans limiter sa liberté ni celle de ses compagnons, le compromis ne retombera pas dans des règlements imposés : le compromis retombera dans sa pleine volonté d’agir ensemble avec ses compagnons d’affinités. L’affinité qui existe entre le personnes qui appartiennent à une cellule autonome est d’une grande importance, puisqu’elle facilitera la prise de décisions, le choix des objectifs et des méthodes de lutte. On pourra alors passer à la pratique avec plus de facilité. Sans avoir à supporter d’éternelles assemblées plombantes pour définir quelle est la méthode de lutte correcte, ou d’interminables débats idéologiques qui ne mènent à rien et ne parviennent qu’à ennuyer ou à fatiguer les participants à l’assemblée. Nous espérons que cela ne sera pas mal interprété en faisant penser que nous sommes contre le débat, l’analyse et la discussion. Au contraire, nous pensons qu’ils sont extrêmement importants pour le développement individuel autant que collectif. Mais ce qui importe réellement est la praxis, et d’autant plus en ces temps où le capitalisme est passé à son étape la plus sauvage et la plus brutale, connue sous le nom de « néo-libéralisme ». Certains ont encore l’espoir et nous disent que le capitalisme est arrivé à sa dernière étape, qu’il est en crise et que sa fin est proche. Si cela est la vérité ou une simple illusion, nous ne le savons pas, tout comme personne ne le sait. Ce qui est une réalité, c’est que le capitalisme s’est arrangé pour consommer entièrement nos vies. Et qu’il est plus qu’urgent qu’existe le conflit permanent et la suversion qui puisse déstabiliser ce système assassin. Nous laissons pour cela derrière nous tant de débats et de discussions qui ne nous mèneront à rien et passons à la praxis. Ce saut est très largement facilité par ce que l’on a mentionné plus haut… par l’affinité, nous insistons. L’affinité entre les individus appartenant à la cellule autonome est très importante, parce qu’elle favorise en plus le fait qu’un réelle confiance existe entre eux : du fait d’avoir les mêmes objectifs et des pensées similaires, de réels liens de camaraderie et de complicité se créent. Les cellule autonomes sont des structures organisationnelles de praxis. La révolution doit être quotidienne, par l’attaque directe, par l’éternel antagonisme face à toute forme d’autorité. Les cellules autonomes sont praxis, parce qu’elles peuvent conspirer et attaquer à n’importe quel moment. Il ne peuvent pas nous subordonner avec leur fausse paix sociale ou leurs faux états de « confort ». Soyons astucieux et flexibles, soyons les cellules cancérigènes qui rendront malade, porteront à la phase terminale et tueront le système génocidaire connu en tant que système capitaliste. Les éternelles platitudes et discussions sur ce qui est correct et ce qui ne l’est pas sont une chose du passé.
LA REVOLUTION, C’EST MAINTENANT !

Lobxlibertarix

Leave a Reply

Your email address will not be published.