Contact

Pour contribuer aux traductions, édition-correction et/ou apporter du matériel original à publier tel que des actualités depuis la rue, des compte-rendus d'actions, communiqués de revendication, des textes pour des compagnon-ne-s emprisonné-e-s ou poursuivi-e-s, des appels, des feuillets, des articles d'opinions, etc. : contrainfo(at)espiv.net

Clé PGP

Cliquez ici pour télécharger (en .asc) notre clé pgp.

Mexique : Sabbat Anarca-féministe Insurrectionnaliste et Informaliste

Nous continuons de propager l’épidémie de rage anarca-féministe et insurrectionnaliste : Réponse publique à un faux diagnostique qui circule sur internet

Aux anarchistes du Mexique et du monde, à toutes les sorcières en lutte dans l’univers.

“Ma mère […] rentre dans ta chambre haute et prends souci de tes travaux, de la toile et du fuseau […]Tout le reste regarde les hommes, et surtout moi qui commande dans cette demeure”. Télémaque, L’Odyssée

“Si je ne peux pas danser ça n’est pas ma révolution ”.
Emma Goldman

Nous, qui nous sommes joint à l’informalisme insurrectionnel depuis une perspective anarca-féministe et avons crée nos collectifs en affinité, nous avons été la cible de mépris et d’attaques récurrentes de la part de ceux qui se disent « complice de l’Anarchie », car ça les fait bien chier d’accepter une théorie et une pratique différente de leur « manuel du/de la bon-ne anarchiste ». Certain-e-s, y compris parmi les insurrectionnalistes, nous ont traité de tous les noms (« sorcières », « feminazis », etc.). Et il y a aussi celles qui se proclament « anarca-féministes » (au sein de fédérations et collectifs particulièrement sexistes) et qui censurent notre façon insurrectionnel d’agir, avec l’excuse de la « non violence », de la réalisation d’un programme et du soi-disant évolutionnisme libertaire.

Cependant, l’attaque la plus récente vient des bolcheviques libertaires, qui sont surpris « parce qu’il y a aussi des compagnonnes qui se sont laissés contaminer par la rage et entraîner par la violence  rodriguiste [1] et ont crée leurs « groupes d’affinité » à partir de l’anarco-féminisme, utilisant le terrorisme comme pratique ». Ils ont envie de nous considérer comme faisant partie de ce groupe de « jeunes naïfs qui, aux quatre coins du monde, tombent dans le piège, en gênant de jour en jour le développement du mouvement anarchiste, la lutte populaire contre l’État et le capital, et l’aboutissement du Communisme libertaire ».

Ainsi les bolcheviques libertaires essaient d’empêcher notre participation dans la guerre anarchique et nous demandent de bien vouloir retourner à l’école, aux fourneaux, aux soins de nos filles ou à repriser les chaussettes. Comme Télémaque à Pénélope, ils nous envoient tisser dans nos chambres. Une fois de plus, le cri du pouvoir patriarcal s’habille en « libertaire » et on nous condamne à nous taire et à nous tenir à l’écart des « affaires d’hommes ».

Avant d’aller plus loin nous voulons clarifier que nous ne sommes pas rodriguistes, et non pas parce que nous ne partageons pas les théories du compagnon Rodriguez, mais parce que nous sommes pas non plus bakounistes, ni malatestiennes, ni magonistes ni goldmanistes. Ce que nous suivons ce sont des idées, pas des personnes.

Nous sommes anarca-féministes et nous croyons qu’il n’y a qu’une seule façon d’affronter le pouvoir et l’autorité, et c’est l’insurrection anarchique, et pour cette raison nous voyons l’organisation anarchique d’une façon informelle à travers des collectifs affinitaires et la conflictualité permanente contre la civilisation patriarcale dans son ensemble. C’est pour cela que nous refusons l’autorité misogyne de ces bolcheviques libertaires, et que nous le faisons publiquement. Lutter contre le sexisme et la misogynie c’est lutter contre le genre, et lutter pour détruire le genre c’est lutter pour détruire la civilisation patriarcale.

Nous ne représentons pas toutes les compagnonnes anarca-féministes insurrectionalistes, nous parlons seulement au nom d’un collectif affinitaire situé au centre du Mexique. Nous reconnaissons la lutte de toutes les autres compagnonnes de ce courant, que ce soit celles qui affrontent la civilisation patriarcale de façon individuelle, celles qui le font à travers des petits collectifs anonymes, jusqu’à celles qui ont décidé de se regrouper sous des sigles et revendiquer leurs actions [2].

Notre lutte est la même.
Ni Dieu, ni État, Ni Patron !
Contre la civilisation patriarcale !
Pour le contrôle sur nos corps et nos vies !
Pour la destruction du genre !
Pour la tension anarchique insurrectionnelle !
Pour l’Anarchie !

Sabbat Anarca-féministe Insurrectionnaliste et Informaliste

NdT 1 : Rodriguiste, en référence à Gustavo Rodriguez. Comme je trouve
toujours difficile de définir les gens je préfère mettre en lien un
entretien avec le compagnon fait par le journal Conspiración Acrata :
server.nostate.net/

NdT 2 : Pour celles/ceux qui lisent l’italien, voici un recueil de
communiqués d’attaques sortis au Mexique entre 2014 et 2015 signés
COFIAA (Commando Féministe Informel d’Action Anti-autoritaire) :
anarcoqueer et sinon les communiqués en espagnol sont lisibles ici :
cofiaa

en espagnol, italien (en cours)

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>