Contact

Pour contribuer aux traductions, édition-correction et/ou apporter du matériel original à publier tel que des actualités depuis la rue, des compte-rendus d'actions, communiqués de revendication, des textes pour des compagnon-ne-s emprisonné-e-s ou poursuivi-e-s, des appels, des feuillets, des articles d'opinions, etc. : contrainfo(at)espiv.net

Clé PGP

Cliquez ici pour télécharger (en .asc) notre clé pgp.

Grèce : Nouvelles de la grève générale du 18 Octobre

Nous sommes toujours des traitres face à l’unité nationale

Toutes les heures sont GMT+2

22.30 Le nombre total de manifestants arrêtés lors de la grève générale par la police à Athènes est de 103.

Sept arrestations se sont transformées plus tard en détentions. Parmi les arrêtés, un manifestant a eu le nez cassé parce qu’il a été assailli par des assassins en uniformes plus tôt dans la manif, il était donc dans un besoin urgent de soins médicaux. Ils ont été mis en détention provisoire au quartier général de la police (cinq d’entre eux pour des crimes, deux pour des délits).

Un rassemblement a été appelé pour le vendredi 19 octobre à 12.30 au tribunal d’Evelpidon (bâtiment n° 16) pour la solidarité factuelle avec les sept arrêtés qui paraîtront devant le procureur public demain.

Couverture photo de la mobilisation à Athènes.

18.50 Environ 30 compagnons ont appelé à ce que plus de soutiens les rejoignent pour un rassemblement de solidarité devant le quartier général de la police sur l’avenue Alexandras afin d’exiger la libération immédiate de tous les arrêtés.

18.00 À Exarchia, dans la rue Zoodochou Pigis, des barricades sont enflammées à nouveau.

17.50 Plus de 100 arrestations ont été conduites à Athènes (le nombre de manifestants arrêtés qui feront peut être face à des accusations est encore inconnu).

17.20 Plus tôt, dans le centre d’Athènes, au moins deux flics en civil ont été débusqué par des manifestants et ont reçu un “traitement spécial”.

17.00 Trikala : Après la manif’ pour la grève, des enseignants du public et des sympathisants sont allés au département de la préfecture pour protester spécifiquement contre le chef local de l’éducation secondaire qui entend arriver à un accord sur les partenariats des écoles de l’aire et des coupes futures dans le secteur de l’éducation.

Preveza : Une manif’ vivante d’au moins 300 personnes s’est terminée vers midi. Un nouveau groupe, les Cercles Libertaires de Preveza, comptait 30 compagnons dans son bloc. La marche a été constamment suivies par des patrouilles d’unités de police à moto, des voitures de patrouille et des flics en civil.

Patras : Plus de  10.000 personnes des syndicats de base, etc. sont descendus dans la rue. Après un appel de l’assemblée des anarchistes contre l’esclavage salarial (“O ergaleioforos“), le bloc anarchiste était composé de 400 compagnons dont la banderole principale disait “Tolérance zéro pour l’État, les patrons, les fascistes – Contre-attaque sociale et de classe”. Les stalinistes du PAME étaient environ 13.000 dans leur marche respective.

Serres : Environ 3.000 grévistes ont marché dans la ville.

Xanthi : Plus de 5.000 personnes dans la rue et quasiment tout les magasins étaient fermés pour la journée.

Le bloc anarchiste à Patras le 18 octobre 2012.

16.10 Encore des arrestations à Syntagma. Un petit nombre de grévistes a tenté de s’approcher de la place quand ils ont entendu la nouvelle du manifestant de 65 ans mort peu avant.

15.50 Affrontements durs entre des résistants et les flics dans les rues proches de la place d’Exarchia.

15.40 Selon des sources confirmées, un manifestant (un docker de 65 ans, visiblement affilié au PAME et chômeur de longue durée) est mort d’une attaque cardiaque après avoir été admis à l’hôpital d’Evangelismos à 14.00.

Un autre jeune manifestant a été évacué à l’hôpital dans un état grave, toujours inconscient.

15.20 Des dizaines d’unités anti-émeute ont lancé leur ultime “opération de nettoyage” dans la zone de Syntagma, surtout en face du parlement.

15.00 Plus tôt, de nombreux manifestants ont été chassé de Syntagma et ont du courir dans l’avenue Syngrou. Beaucoup de personnes ont été piégé par des escadrons dans les rues Ermou et Mitropoleos.

Présence de manifestants dispersés à Syntagma. Les flics gardent le parlement.

Les flics ont encerclé l’équipe de premiers soins dans la partie basse de la place Syntagma. Arrestations violentes suivies de tabassages féroces et menaces de la part des mercenaires du Pouvoir contre les manifestants.

14.50 Vingt brutes des DELTA sur 10 motos de la police traînent au croisement des rues Akadimias et Emmanouil Benaki. D’autres unités à moto se sont rapidement dirigées vers la rue Apostolou Pavlou dans les environs de l’Acropole.

14.30 Il a été reporté plus tôt qu’un député de la nouvelle coalition gouvernementale Gauche Démocratique (DIMAR) a été chahuté par des manifestants et a couru pour se cacher dans une arcade de la rue Karageorgi Servias.

14.20 Plusieurs blocs anarchistes/antiautoritaires sont partis vers Exarchia alors qu’il y avait toujours un accès aisé à Syntagma depuis la rue Panepistimiou. Les grévistes étaient dispersés sur la place Syntagma. Plus de blocs de manifestants continuent à arriver depuis la rue Stadiou mais ont été bloqué par la police dans la rue Vasileos Georgiou avec du gaz lacrymogène intenable sur toute la place.

Pendant ce temps-là, plus de fasciste (un large groupe, différent des quelques néo-nazis qui ont fait leur apparition avant) étaient rassemblés au croisement de l’avenue Amalias et de la rue Vasileos Georgiou, en particulier des patriotes “de gauche” affiliés à la fraction patriote “Spitha”, co-fondée par le compositeur Mikis Theodorakis et d’autres ordures nationalistes. Ils ont brandis des drapeaux nationaux, etc. et ont littéralement servi comme supplétifs des flics devant l’Hôtel Grande-Bretagne. Peu de temps après, quelques compagnons restés à Syntagma se sont confrontés verbalement avec ces fascistes “de gauche”, gueulant aussi le slogan : “Ni patriotes ni stalinistes – Athéistes, apatrides et anarchistes !”.

14.15 Une femme sérieusement blessée était étendue dans la rue Panepistimiou près de Propylea pendant un long moment ; l’ambulance a été retardée malgré des appels d’urgence répétés.

Au moins deux autres grévistes ont été gravement blessé. Un grand nombre de manifestants souffrent de blessures ; beaucoup d’entre-eux à la tête par les matraques. Dans plusieurs cas, les forces de police ont rendu difficile leur transport par ambulance.

14.00 A Syntagma, un néo-Nazi s’est fait tabasser par des manifestants et son T-shirt (avec des symboles fascistes) a été arraché

13.50 Des centaines de manifestants ont été repoussé vers le haut de la place Syntagma par les escadrons anti-émeutes.
La police a encerclé l’équipe d’aide aux premiers soins sur la place. L’atmosphère est vraiment suffocante à cause des gazs lacrymogène.

13.40 Des affrontements ont lieu avec les forces de police à Syntagma, à coté de l’hôtel Grande Bretagne mais aussi dans la partie basse de la place, rue Philellinon, des molotovs et d’autres projectiles sont jetés sur les flics, les gens résistent malgré les lacrymogènes et les charges de la police.

Au coin de la rue Vasileos Georgiou et de l’avenue Amalias un groupe de néo-Nazis a été repéré (avec des caractéristiques distinctes)

13.20 Athènes : FLICS-PORCS-ASSASSINS crié par différents manifestants alors que les escadrons anti-émeutes se sont déployés devant l’hôtel Grande Bretagne coupant la rue Vasileos Georgiou sur la place Syntagma. Les flics ont aussi tiré des grenades lacrymogènes ainsi que des grenades assourdissantes pour disperser la foule. Les gens résistent à la répression, certains pacifiquement, d’autres avec colère utilisant la contre-violence.

13.10 Athènes: Des interpellations préventives de manifestants ont été rapportées dans différents coins d’Athènes

12.50 Ile de Lesvos: A Mytilini, 100 personnes ont participé à la manifestation des syndicats de base tandis que 250 des staliniens du PAME sont descendus dans les rues. Au total, 800 personnes ont défilé dans les blocs de base.

12.45 Athènes: Aujourd’hui il semble que moins de manifestants participent à la mobilisation par rapport à la dernière grève (26 Septembre) mais des milliers de personnes mais des milliers de personnes sont descendues dans les rues. Les blocs Anarchistes/Anti-autoritaires se trouvent au niveau de la place Omonia et de la rue Stadiou.

12.30 Ioannina: Environ 6000 grévistes ont rejoint la manifestation.

12.15 Komotini, nord de la Grèce: Presque tout les magasins sont fermés en raison de la grève.

12.00 (GMT+2) Athènes: Les blocs des staliniens du PAME ont commencé leur manifestation dans le centre d’Athènes, seuls.

Corynthe: Environ 500 personne ont participé au rassemblement de cette journée de grève.

11.50 Athènes : Des centaines de personnes de rassemblent sur l’avenue Patision se préparant pour la manifestation qui ira vers Syntagma. Importante présence policière a de nombreux endroits.

Thessaloniki : Des blocs des stalinistes du PAME ont commencé la manifestation, de manière séparée des autres rassemblements, comme toujours.

Les travailleurs de Viomichaniki Metalleutiki ( ou VIO.MET) une industrie minière de Thessalonique – qui sont toujours en grève et pensent à reprendre l’usine en main eux-mêmes – ont aussi appelé à la manifestation d’aujourd’hui.

11.30 Ile de Lefkada : 250 personnes ont participé à la manifestation pour cette grève en ville, les lycéens/collègiens ont participé, préférant manifester dans leur bloc plutôt que d’aller à l’école.

Ile de Skopelos : Au moins 100 personnes ont participé au rassemblement local pour la grève

L’auto-organisation des travailleurs, ce sera la tombe des patrons

Quartiers d’Athènes – Quelques uns des pré-rassemblements des assemblées populaires de 10h à 11h (GMT+2) : assemblée de Agios Dimitrios-Brachami au métro dafni, L’assemblée de Petralona-Thissio-Koukaki au métro de Petralona, l’assemblée de Zografou sur la place Gardenia, l’assemblée de Vyronas-Kaisariani-Pagrati à la jonction des rues Fomionos et Ymittou, l’assemblée de Peristeri sur la place Dimarchiou, l’assemblée de Cholargos-Papagou devant la mairie de Cholargos, l’assemblée d’Agha Paraskevi sur la place Aghiou Ioannou.

Les jaunes des unions syndicales grecques GSEE et ADEDY ont déclaré une grève générale pour le 18 Octobre. A Athènes des rassemblements sont appelés le matin à coté du Musée Archéologique National sur Patision. Ce post a été et sera mis à jour avec des traductions brutes de rapports depuis les rues, depuis Indymedia Athènes ainsi que des radios libres.

No comments yet to Grèce : Nouvelles de la grève générale du 18 Octobre

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>