Contact

Pour contribuer aux traductions, édition-correction et/ou apporter du matériel original à publier tel que des actualités depuis la rue, des compte-rendus d'actions, communiqués de revendication, des textes pour des compagnon-ne-s emprisonné-e-s ou poursuivi-e-s, des appels, des feuillets, des articles d'opinions, etc. : contrainfo(at)espiv.net

Clé PGP

Cliquez ici pour télécharger (en .asc) notre clé pgp.

Grèce : Lutte Révolutionnaire revendique l’explosion dans le centre d’Athènes

Aux premières heures du Jeudi 10 Avril 2014 – après deux alertes téléphoniques aux médias – une voiture remplie de 75 kg d’explosifs a sautée devant un bureau de la Banque de Grèce, situé sur Amerikis Street à Athènes, causant d’importants dommages matériels dans toute la zone (mais pas de blessés).

Quinze jours plus tard, le groupe de guérilla urbaine Lutte Révolutionnaire (Epanastatikos Agonas) revendique la responsabilité de l’explosion. Ci-dessous, quelques extraits de leur long communiqué (une traduction complète est toujours la bienvenue !).

Comme vous vous en rappelez peut-être, il y a quatre ans, en Avril 2010, trois anarchistes ont révélé leur appartenance au groupe : Nikos Maziotis et Pola Roupa, qui sont en cavale depuis l’été 2012 (récemment, le gouvernement a placé une importante prime sur leurs têtes), et Kostas Gournas, actuellement enfermé à la prison de Koridallos.

Revendication par l’organisation Lutte Révolutionnaire
[25.4.2014]

Le 10 Avril 2014, Lutte Révolutionnaire a réalisé une attaque à la bombe contre la Direction de Surveillance de la Banque de Grèce sur la rue Amerikis [Athènes], un bâtiment qui abrite également le représentant du FMI en Grèce, Wes McGrew. Bien que la cible était la Banque de Grèce, le siège de Piraeus Bank, qui est situé de  l’autre côté de la rue, a également été endommagé, ce qui rend l’attaque encore plus réussie, parce que la Piraeus Bank est devenue l’une des plus importantes institutions du système bancaire Grec après l’acquisition d’ATEbank, elle a bénéficié de la politique prédatrice du mémorandum appliqué contre le peuple grec ces dernières années, et c’est l’un des facteurs financiers conjointement responsable du malheur des gens.

L’attaque a été menée avec une voiture contenant 75kg d’explosifs ANFO. Quatre ans exactement après la répression contre l’organisation, et alors que l’Etat, aux côtés de nombreux ennemis de la lutte armée, se félicitait de la « réussite du démantèlement » de Lutte Révolutionnaire, cette action vient leur prouver qu’ils ont tort. L’attaque à la bombe contre la Banque de Grèce est dédiée au camarade anarchiste Lambros Foundas, un membre de Lutte Révolutionnaire qui a été tué lors d’un affrontement armé avec la police à Dafni le 10 Mars 2010, durant la préparation d’une action de l’organisation. Le camarade a perdu la vie lors d’une tentative d’expropriation d’une voiture qui aurait plus tard été utilisée lors d’une action de Lutte Révolutionnaire, dans le contexte de la stratégie de l’organisation de l’époque – une époque qui marque le début de la crise économique. Cette stratégie avait pour but de frapper et de saboter les structures, les institutions et les personnes qui jouent un rôle central dans la plus grande agression anti-populaire de l’histoire qui se mettait en place avec la ratification du premier mémorandum en Mai 2010. Lambros Foundas s’est battu et a donné sa vie pour que la junte contemporaine de l’élite économique et politique ne passe pas – la junte de la troïka FMI/BCE/UE. Il s’est battu et a donné sa vie pour que la junte contemporaine du Capital et de l’Etat ne passe pas. Pour que ce nouveau totalitarisme imposé tout autour de la planète, sous prétexte de crise financière globale, ne passe pas. Lambros Foundas a donné sa vie en se battant pour que la crise devienne une opportunité pour la Révolution sociale. L’attaque contre la Banque de Grèce est, dans une certaine mesure, la continuation de cette stratégie qui inclue les attaques contre Citibank, Eurobank et la Bourse d’Athènes.

Ainsi, en honneur de notre camarade, l’action contre la Banque de Grèce porte la signature Commando Lambros Foundas. Qui plus est, le meilleur hommage pour un camarade qui a donné sa vie à la lutte est de continuer la lutte, pour celui qui est tombé au combat. Et cette lutte n’a jamais eu, et n’aura jamais, d’autres objectifs que le renversement du capitalisme et de l’Etat – la révolution sociale.

Un coup en réponse au retour de la Grèce sur les marchés

Comme chacun l’aura compris –du gouvernement, aux partis, jusqu’aux médias grecs et internationaux– nous avons choisi le 10 Avril pour notre attaque car cette date marque le retour de l’État grec sur les marchés financiers internationaux, à la recherche du premier prêt à long terme depuis quatre ans ; le jour suivant, le 11 Avril, le leader de l’État européen le plus puissant, protagoniste de l’application des politiques néolibérales extrêmes et de l’austérité à travers l’Europe, l’une des représentantes la plus idéale des intérêts des élites économiques européennes, la super-terroriste chancelière allemande Angela Merkel, était attendu en Grèce pour la capitalisation politique et économique de cette « réussite grecque ». (…)

Le « sauvetage du pays » concerne le grand capital, la classe dirigeante des transnationales et les puissants prêteurs du pays. Cela concerne les structures et les institutions du capitalisme globalisé. C’est lié aux États, au personnel politique en Grèce et en Europe ; à toutes les sortes de laquais de l’ordre social, qui soutiennent ce régime à tout prix. Ça concerne une minorité scandaleuse de la société grecque.

Ceux qui ne sont pas concernés par ce « sauvetage » -mais qui ont pourtant payé et continuent de payer avec leur propre sang pour sauver le système de la crise- forment la grande majorité du peuple. Les 5 millions de personnes qui vivent dans des conditions de pauvreté. Les 2,5 millions de personnes qui vivent dans le dénuement le plus total. Les 700,000 enfants pauvres qui n’ont même pas le stricte nécessaire, qui sont sous-alimentés, qui ont froid, qui souffrent de malaises, et qui se retrouvent dans des institutions pour un plateau repas. Ceux qui sont malades, ceux qui deviennent fous. Ceux qui perdent leur maison à cause des dettes qu’ils ont aux banques ou à l’Etat, ceux qui vivent sans électricité, ceux à qui il manque l’indispensable pour vivre. Les 4,000 personnes qui se sont suicidées parce qu’elles étaient ruinées financièrement. Les centaines de sans-domiciles, ceux qui dépendent des soupes populaires, ceux qui fouillent dans les poubelles pour se nourrir, ceux qui meurent lentement sur la ligne de touche. Tous ces miséreux qui ont fait faillite financièrement et socialement, et payent le « sauvetage du pays » par leurs vies et celles de leurs enfants. Tous ces gens en sont venus à comprendre ce que signifie que devoir sa vie faire faillite, ce que signifie que de voir que sa vie ne vaut plus rien. Ils en sont venus à comprendre qu’« éviter la faillite de la Grèce » signifie la guerre contre la société, l’euthanasie sociale. (…)

La révolution sociale ne peut pas être renvoyée à un futur indéterminé, ni être limitée à des projectualités floues. Elle requiert l’action révolutionnaire constante au présent, et exige l’organisation et la formation d’un mouvement révolutionnaire innovant, un mouvement qui élaborera et définira ses étapes stratégiques, et qui affronte la politique centralisée de l’ordre social. Cela suppose un processus politique et de l’enthousiasme pour mettre des propositions révolutionnaires spécifiques en pratique.

Dans les circonstances présentes, une plateforme révolutionnaire pourrait être résumée ainsi :

– Résiliation unilatérale du remboursement de la dette grecque.
– Sortie de l’Union Économique et Monétaire (UEM) et de l’Union Européenne (UE)
– Expropriation des biens du Capital, des grandes entreprises, des sociétés multinationales, de toutes les propriétés mobilières et immobilières des capitalistes.
– Abolition du système bancaire, effacement de toutes les dettes aux banques, dévolution des petites possessions saisies par les banques, et socialisation des biens des banques.
– Expropriation des propriétés d’état et des compagnies publiques ; expropriation des propriétés de l’église.
– Socialisation des moyens de production, des industries, des ports, des moyens  de communication, des transports, des services publics, des hôpitaux et des institutions éducatives ; les travailleurs les dirigeront.
– Abolition de l’Etat et du parlement bourgeois des politiciens professionnels, remplacé par un système confédéral d’assemblées populaires et de conseils ouvriers, dont la coordination, la communication et la décision-exécution seront accomplis par des délégués élus et immédiatement révocables. Au niveau national, à la place de l’ancien parlement représentatif bourgeois, il y aura une Assemblé Suprême Confédérale du Peuple, dont les membres seront des membres-délégués agréés élus et immédiatement révocables par les assemblées populaires locales et les conseils ouvriers.
– Abolition de la police et de l’armée, remplacés par une milice populaire armée, non mercenaire.

Une discussion et un accord sur une plateforme révolutionnaire est la condition préalable à la création d’un mouvement révolutionnaire anticapitaliste, et en tant que Lutte Révolutionnaire, nous souhaitons voir s’ouvrir un dialogue bien-intentionné sur la question. Il est nécessaire que la Révolution dépasse les frontières nationales. Il est surréaliste de croire qu’une Révolution sera viable si elle est confinée à l’intérieur des frontières nationales d’un petit pays comme la Grèce. Mais nous pouvons toutefois commencer ici, en Grèce, pour la démolition de la zone euro et de l’Union Européenne, pour l’abolition du capitalisme et de l’État. Mettons la contre-attaque du prolétariat armé en pratique. Commençons ici, en Grèce, pour une Révolution sociale internationale.

LONG VIE A LA RÉVOLUTION SOCIALE
POUR LE COMMUNISME LIBERTAIRE – POUR L’ANARCHIE
LIBERTÉ POUR LES PRISONNIERS POLITIQUES

Commando Lambros Foundas
LUTTE RÉVOLUTIONNAIRE

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>