Athènes: Revendication de l’attaque incendiaire contre le bâtiment ministériel dans le quartier de Neos Kosmos

“Au milieu de tant de nuits, tant de pierres, tant de morts – dit-il – toi, Révolution, tu nous as ouvert les larges avenues de la rencontre universelle […] Si nous n’avons rien gagné de plus – dit-il – nous avons appris, au moins, que demain nous nous rencontrerons.”

Yannis Ritsos, No Politics

Nous assumons la responsabilité de l’attaque du 9 avril contre l’immeuble qui habrite le siège du Secrétariat Spécial de l’Administration Publique et du Gouvernement Electronique, situé à l’intersection entre la rue Kallirrois et la rue Theofilopoulou, dans le quartier de Neos Kosmos (“Nouveau Monde”) au sud-ouest d’Athènes.

Le Secrétariat Spécial de l’Administration Publique et du Gouvernement Electronique est chargé de contrôler les “erreurs” de l’administration publique qui sont en relation avec les sujets liés à l’adaptation et à l’implantation de la politique publique dans les ressources humaines, les structures et les systèmes du secteur public. Récemment, le ministre Dimitris Reppas, accompagné du reste des chefs exécutifs des ministères, a participé à des discussions avec la Troika. Ces discussions portaient sur les thèmes du travail, les licenciements, la mise à pied de personnel et les conditions de travail dans le secteur public (réductions de salaire et assouplissement des horaires de travail).

Nous inscrivons notre attaque dans le contexte de la résistance pratique contre les stuctures de domination, en essayant de contribuer jusqu’à cette fin qui conduirait à une déconstruction finale de ce qui existe.

La domination, au vu de la déstabilisation avancée du consensus social en tant que résultat de la crise généralisée du système, et sachant que les luttes sociales et de classes aiguisent  de plus en plus les résistances, ne vise pas seulement la dévastation militaire des forces révolutionnaires – et de chaque combattant isolé – mais elle tente aussi de supprimer le sens-même de la lutte et de parvenir à son assimilation finale par ce même système.

Le devoir du mouvement révolutionnaire est de transformer tout ce processus avec une perspective révolutionaire, en laissant ouverte la guerre contre le Capital et l’Etat, et en soulignant constament les caratéristiques politiques et classistes de la crise actuelle. La constitution d’un front sans tutelle au sein du camp des opprimés, érigera la construction de barrages contre les plans promus par la domination, dont l’objectif final est la Révolution Sociale par le renversement du Capitalisme, qui à la capacité de se reproduire au travers de sa structure et de son fonctionnement dévastateur et inhumain.

La violence révolutionnaire est un axe fondamental et un principe de base de ce front, un choix politique qui n’est ni une fin en soi ni une sortie existentielle pour la réalisation de l’auto-référence, mais qui s’utilise comme un moyen libérateur de la lutte contre la violence de l’édifice capitaliste. La violence de l’Etat est une condition quotidienne de la société capitaliste. Elle s’exprime à plusieurs niveaux et dans tous les aspects de la vie quotidienne. elle se réalise directement, à travers de ce qui existe : les appareils répressifs de l’Etat, c’est-à-dire, l’éxécutif-politique, mais aussi indirectement, à travers la pression du travail, la relation entre emploi et consommation, la standarisation de la vie quotidienne, les inégalités sociales, la ségrégation raciale, la pauvreté et la misère.

En analysant les conditions actuelles et en réalisant une rétrospective de l’histoire du capitalisme, notre projection politique apparaît bien plus claire aux yeux de chaque individu : le Capitalisme doit être renversé. Alors seulement, le capitalisme arrêtera de se reproduire à travers de la crise, qui crée des nouvelles conditions de vie impitoyables. La vraie liberté surgira là où il n’existe pas de pression, où le travail ne se transforme pas en marchandise, mais est une fin en soi et un moyen pour que chacun puisse exprimer ses talents créatifs. De cette façon, seulement au travers de la promotion du renversement du capitalisme, de la Révolution Sociale, nous pourrons parvenir à une société sans classes, égalitaire et libertaire.

Nous dédions cette explosion aux 4 combattants, les compagnons Kostas Sakkas, Giorgos Karagiannidis, Alexandros  Mitroussias et Stella Antoniou, qui sont en détention préventive depuis le 4 décembre 2010. Les 3 premiers mènent une grève de la fin pour exiger la libération de la compagnonne anarchiste Stella Antoniou pour des raisons de santé, et l’annulation des nouvelles charges vindicatives qui pèsent contre elle.

Action Révolutionnaire

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.