Santiago, Chili : Revendication d’action incendiaire contre les matons

Porte un petit peu endommagée (malheureusement l’engin ne s’est pas suffisamment enflammé )

Les jours s’écoulent dans cet été chaud et la majorité des gens sont absorbés à penser à l’endroit où ils iront en vacance. Pendant ce temps, le pouvoir et l’autorité ne se reposent pas, enfermant les peñis (frères) et weichafes (guerriers) au sud du Chili, améliorant les lois répressives et se réunissant en d’ostentatoires sommets politico-entrepreneuriales comme le CELAC-2013. Et nous ? Nous sortons dans la rue pour donner vie à l’insurrection, mettant nos vies à l’épreuve, conscients que de tout temps il y a eu et il y a toujours des individus qui ne s’adaptent pas à cette société malade et font de chaque seconde de leur vie une attaque contre les oppresseurs.

Et c’est le défis : faire vivre et prolonger l’offensive insurrectionnelle anti-autoritaire, consolider et renforcer les complicités, réactiver les attaques, allumer par notre participation le bûcher de l’action insurgée et libératrice à travers la violence révolutionnaire !!

Conscients que la discussion et le dialogue entre affinités doit se baser sur l’action, dans la semaine du 28 janvier au 3 février nous avons attaqué une propriété appartenant à la Gendarmerie du Chili, située dans la rue San Francisco avant l’Avenue Matta, à côté d’une prison pour mineur (SENAME) et à quelques pâtés de maison de l’endroit où est mort en action le compagnon anarchiste Mauricio Morales en 2009.

Nous avons attaqué avec un engin incendiaire qui a fait quelques dégâts sur la porte de ce repère de tortionnaires (comme ça n’est pas sorti dans la presse nous envoyons des photos). Cette propriété de la Gendarmerie est liée à la soi disant action sociale des matons et leurs collaborateurs promue à travers des institutions comme l’Église Évangélique dans la Gendarmerie du Chili et la Confraternité Carcérale du Chili, institution qui sur internet se définie comme porteuse de projets de réclusion ” là où vivent les prisonniers, sans grève de la faim, sans mutineries ni tentatives de fuites, mais vivre son emprisonnement dans la paix et l’harmonie tout en payant les dommages sociaux avec une assistance spirituelle.”

Nous avons choisi cette cible guidés par la colère et la soif de vengeance pour les coups donnés par les matons sur le compagnon Alberto Olivares (membre du collectif 22 janvier) il y a une semaine, qui au milieu des coups a été transféré dans une prison de Concepción loin de ses proches, et remis ensuite à l’Ex Pénitentiaire de Santiago, tout cela en punition de son attitude rebelle, inventant que le compagnon avait participé à une bagarre qui s’est soldée par la mort d’un prisonnier … La vengeance tarde parfois, mais nous la faisons et nous la ferons venir et nous savons qu’il n’y a pas besoin d’excuses de ce genre pour attaquer ceux qui ferment les portes des cellules de nos compagnons et ceux qui soutiennent et tirent profit de la prison et de la société carcérale.

Cette action est aussi un avertissement pour les matons, amenant le souffle libérateur de l’insurrection jusqu’à l’antre où ils essaient de calmer devant un dieu leurs consciences indignes de tortionnaires qui chaque jour malmènent les prisonnièr-e-s !! Nous ne voulons pas qu’ils se sentent en sécurité dans leurs tanières. Y compris lorsqu’ils récitent leurs prières nous ne voulons pas les voir tranquilles.

Matons dégoutants, nous vous envoyons à vous aussi ce communiqué pour vous avertir de vous attendre à des conséquences si vous osez agresser les prisonniers suivants qui sont nos compagnons et ne sont pas seuls :

– Marcelo Villarroel ( prisonnier à la Prison de Haute Sécurité pour le “Caso Security”)
– Freddy Fuentevilla ( prisonnier à la Prison de Haute Sécurité pour le “Caso Security”)
– Juan Aliste ( prisonnier à la Prison de Haute Sécurité pour le “Caso Security”)
– Alberto Olivares ( prisonnier à l’Ex Pénitentiaire)
– José Sanchez ( prisonnier à la Prison de Haute Sécurité)

Pour information : au cours de la décennie 70 en Italie des groupes autonomes ont tiré dans les jambes de matons qui maltraitaient les compagnon-ne-s révolutionnaires prisonnièr-e-s, ou bien simplement ils les butaient. Il y a quelques jours, un maton italien a reçu dans ses mains un colis piégé. En Argentine, cela fait déjà quelque temps que les compagnon-ne-s du groupes “L@s Amig@s de la Tierra” ont brûlé des centaines de voitures comme symbole de lutte contre la civilisation et sa domination. Et ici au Chili, les agents du pouvoir qui ont été enlevés et jugés par des révolutionnaires sous la dictature comme sous la démocratie sont nombreux. Si tous ces gens ont pu et peuvent encore le faire, nous aussi nous le pouvons si nous consolidons et renforçons nos moyens et capacités. Nous avons de la volonté à revendre. En agressant un-e compagnon-ne révolutionnaire prisonnier ils pourraient se retrouver quatre pieds sous terre, ou sur un fauteuil roulant, ou voir leurs mains voler ou se réveiller en voyant leur voiture cramer.

Nous saluons tous les compagnon-ne-s enfermé-e-s dans les prisons, en cavale ou en résidence surveillée partout dans le monde. En particulier nous saluons Iván Silva et Carla Verdugo, nous réjouissant qu’ils soient sortis de prison pour être en résidence surveillée, nous n’arrêterons pas d’agir pour leur libération totale. Nous saluons aussi Freddy, Juan et Marcelo, José Sanchez et Alberto Olivares. Nous n’oublions pas les dignes prisonniers mapuches et les communautés en conflit avec l’État et le Capital, même si nous ne sommes pas d’accord avec la demande d’une nation mapuche ni ne reconnaissons des “autorités” quand bien même elles seraient ancestrales. Nous sommes solidaires avec des pratiques de lutte pour l’autonomie des communautés et de nous-même et la récupération de leurs terres ancestrales par l’action directe. Nous n’oublions pas non plus les 81 prisonniers morts dans l’incendie de la prison de San Miguel.

Une accolade révolutionnaire aux clandestins Diego Ríos, Hans Niemeyer et Felicity Ryder.

Courage à Henry de Bolivie et Braulio du Mexique, prisonniers dignes dans la lutte anti-autoritaire.

Courage aux compagnon-ne-s enfermé-es partout dans le monde, particulièrement les compagnon-ne-s italiens Alfredo Cospito et Sergio Stefani qui par une grève de la faim s’opposent à ce que les matons les empêchent de voir leurs compagnes.

Courage à Panagiotis Argyrou, compagnon prisonnier de l’organisation anarchistes de la Conspiration des Cellules de Feu en Grèce. Avec notre feu nous lui envoyons de la force pour qu’il guérisse suite à l’accident qu’il a eu en prison et qui l’a laissé dans le coma.

Courage aux compagnons Yannis Michailidis, Dimitris Politis, Dimitris-Andreas Bourzoukos et Nikos Romanos, détenus pas la police grecque le 1er février suite à l’attaque d’une banque et torturés par les unités anti-terroristes. Leurs mots en arrivant au tribunal après avoir été torturés mettent en avant la raison de notre action : “Vive l’anarchie ! Police, juges, politiques, vous n’avez pas de raison de dormir tranquilles”.

Parce que la guerre sociale ne sera arrêtée ni par des coups de répression ni par des gouvernements de gauche, centre ou de droite.

Bachelet : nous attendons ton retour pour semer le feu dans ton gouvernement et reprocher aux citoyens la misère de la sociale-démocratie.

Consolidons et renforçons l’offensive insurrectionnelle anti-autoritaire, multiplions les attaques !

Pour la libération totale, Guerre Sociale.

Cellule anti-autoritaire Insurrectionnelle Panagiotis Argyrou,
en affinité avec la Fédération Anarchiste Informelle / Front Révolutionnaire International. Chili.

en espagnol

Leave a Reply

Your email address will not be published.